La réconciliation

« Que le Seigneur te montre toute sa miséricorde… Et moi, en son Nom, je te pardonne tous tes péchés ».

Le Christ, médecin de l’âme et du corps a institué ce sacrement parce que la vie nouvelle qu’il nous a donné par les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie) peut être affaiblie et même perdue à cause du péché.
C’est pourquoi le Christ, le soir de sa Résurrection, a voulu que l’Église continue son oeuvre de guérison et de salut en disant à ses apôtres : « recevez l’Esprit Saint ; tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis » (Jn 20, 22-23)

Beaucoup de fidèles ont le désir d’aller se confesser pour se « retrouver avec Dieu », bon nombre se demandent comment recevoir le sacrement de pénitence alors qu’ils ne peuvent pas sortir de chez eux.

Pour le chef de l’Église catholique, le catéchisme est « très clair » à ce sujet : la confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l’Église, « sauf si une impossibilité physique ou morale dispense d’une telle confession » (CEC 1484). Ainsi, « si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu », a expliqué le pontife précisant la nécessité d’aller tout de même se confesser plus tard.

En lui disant ainsi la vérité, en lui demandant pardon, avec un « acte de contrition bien fait », la « grâce de Dieu » agira et « notre âme redeviendra blanche comme la neige ». Dieu est comme un Père qui guette le retour de son fils,  sa “tendresse” doit pouvoir toucher les cœurs des catholiques et les guérir de toutes les « blessures de la vie ». « Le Seigneur est capable de transformer le cœur mais cela demande de faire le premier pas », a-t-il confié.

Acte de contrition

Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous avoir offensé
parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable,
et que le péché vous déplaît.
Je prends la ferme résolution,
avec le secours de votre sainte grâce
de ne plus vous offenser et de faire pénitence.

Quand se confesser ?

  • Le jeudi de 20h30 à 21h30 (dans l’église)
  • Le vendredi de 17h30 à 19h (en plein air dans les cours paroissiales, dans le strict respect des consignes sanitaires, avec un masque )

Un créneau de 10 minutes par personne, 2 enfants possibles par créneau.

Merci de préparer votre confession pour que nous puissions respecter les horaires.

 

 Ou en demandant à un prêtre : Père Jean-Baptiste Alsac, Père Pierre-Emmanuel Schibli, ou Père Robert Vairon

En vidéo, « osez le sacrement de réconciliation » : que faut-il-il dire au prêtre ? comment ce sacrement se déroule-t-il ?

En vidéo, émission « la foi prise au mot : la confession »

Le Pape François nous parle du sacrement de réconciliation

En savoir plus: Eglise Saint-Jean-Baptiste : 1 rue du docteur Berger. Sceaux (92)