Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-dimanche-des-Rameaux-et,200
        Textes du dimanche des Rameaux et de la Passion

Textes du dimanche des Rameaux et de la Passion

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Lecture (pour la procession des Rameaux) : Marc, Chapitre 11, versets 1 à 10.

Le texte de Marc est truffé de références bibliques qui montrent que les premières communautés chrétiennes ont évoquée cet événement rapporté par les trois évangiles synoptiques comme une anticipation de la venue du Seigneur ressuscité dans la gloire. Le chemin suivi par Jésus (Jéricho, Béthanie…) était selon une très ancienne tradition juive le chemin que devait suivre le Messie lors de son avènement pour le jugement à la fin des temps.

La bête requise devait être un animal sacré, n’ayant jamais servi pour un usage profane. Jésus, prince de la paix ne pouvait utiliser un cheval. Le cheval était utilisé pour faire la guerre. Il faut relire le prophète Zacharie chapitre 9 Verset 9&10. Marc au verset 9 utilise le vocable : « Seigneur » pour désigner Jésus : il pense déjà au Christ ressuscité.

Première lecture : 2ème Livre d’Isaïe, Chapitre 50, versets 4 à 7.

Le second livre d’Isaïe (chapitre 40 à 55) est l’œuvre d’un lointain disciple d’Isaïe écrivant au cours de la captivité à Babylone. Les juifs pieux s’interrogent sur le pourquoi de cette catastrophe qui s’est abattue sur le peuple Juif ; Dieu a abandonné son peuple infidèle, il l’a laissé à ses propres « démons ». Dieu n’a rien pu faire pour ce peuple qui lui tournait le dos !

Dans ce second livre il y a 4 chants au sujet d’un serviteur souffrant Les voici : 42, 1-7 ; 49, 1-9b ; 50, 4-9 (notre lecture de ce dimanche) et le dernier 52 13 à 53 12 qui est lu le vendredi saint. Les commentateurs du Prophète sont très partagés sur l’identité de ce serviteur : est-il un prophète inconnu ? Ou le prophète lui-même, ou le Peuple fidèle persécuté ? Par contre les 1ers chrétiens ont tout de suite vu dans ce serviteur une préfiguration de Jésus lui-même qui sera le serviteur souffrant par excellence. Les auteurs des récits de la Passion s’inspireront largement de ces poèmes. Le serviteur silencieux du premier poème, épuisé et humilié du second, est maintenant un serviteur maltraité qui annonce le dernier.

Seconde lecture : Lettre aux Philippiens Chapitre 2, versets 6 à 11.

Cette communauté semble être une communauté assez ancienne et déjà bien structurée. Elle est en but à des persécutions et Paul l’invite à prendre exemple sur le Christ lui-même. On a vu dans notre texte un hymne liturgique en usage dans les toutes premières églises. Paul l’utilise à cette occasion. C’est tout le mouvement du parcours du Christ : les abaissements du Fils de Dieu dans son incarnation et sa passion et ensuite son exaltation dans sa résurrection. . Le Christ dans son humanité c’est comme « vidé » (le verbe grec traduit par « se vider » a donné en français le mot « kénose). Il s’est librement et par amour « vidé » de tout ce qui faisait sa divinité. Noter que c’est exactement le contraire de l’attitude d’Adam qui a voulu être comme Dieu ! Jésus, de sa condition divine ne garde que ce qui l’unit à son Père : il est son Fils !

On retrouve le terme de « serviteur » (première lecture) et celui de « Seigneur » (évangile des rameaux)

Dans cette sorte de « descente » au plus bas de la condition humaine Jésus ne pouvait aller plus bas en acceptant par obéissance la mort sur le Croix, le supplice le plus infamant qui soit !

Notez l’importance du nom et le nom de « Seigneur » réservé à un être divin. C’est ce terme que Pierre utilisera dans son premier discours au soir de la Pentecôte (Actes 2, 36). Et à la suite de Jésus pleinement homme c’est toute l’humanité qui est entraînée et exaltée à sa suite.

Lecture de la Passion selon st Marc, Chapitres 14 et 15.

N.B. Prenez le temps de lire le récit de la passion dans une bible en étant attentif aux notes qui renvoient en particulier aux textes cités de l’Ancien testament. Nous ne pouvons ici que vous donner que quelques remarques brèves. Par rapport aux quatre autres récits de la Passion on notera l’aspect dramatique et ramassé du récit de Marc. : Marc nous dit : voilà ce qui s’est passé ! Marc ne cherche pas à nous émouvoir, mais il veut faire réfléchir et nous faire comprendre qui est Jésus. Ses silences sont impressionnants. Il ne parle que trois fois : devant le grand-prêtre, il se déclare : Messie, Christ, Fil de l’homme, devant Pilate il reconnaît qu’il est le Roi des Juifs et sur la croix il reprend le psaume 21 : « Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné.. »

Au cours de sa passion, Jésus va se retrouver absolument seul, sauf grâce à la présence de quelques femmes. Jusqu’à ce moment dans l’évangile, il n’avait pas été question d’elles. Elles font le lien entre sa mort et la résurrection, laquelle s’enchaîne directement sur la mort de Jésus dont la divinité est attestée à ce moment là par un païen : un centurion romain. Notez que Marc avait commencé son récit de l’évangile ainsi : « Commencement de l’évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu ».

homelie

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter