Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-dimanche-de-la-Pentecote,260
        Textes du dimanche de la Pentecôte

Textes du dimanche de la Pentecôte

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre des Actes des Apôtres. Chapitre 2, versets 1 à 11.

50 jours après Pâques, les communautés juives célèbrent la fête de Shavouhot, le don de la Thora. Les 10 paroles avaient été remises par Dieu à Moïse au sein d’une théophanie grandiose avec du vent, des éclairs, du tonnerre … (lire au livre de l’Exode, le chapitre 19) La mention du vent nous renvoie également dans l’évangile de Jean à l’épisode de Nicodème : « le vent souffle où il veut… » (chapitre 3, 8.) A la Pentecôte ce ne sont pas 10 paroles qui sont données mais par l’intermédiaire du don de l’Esprit la Parole vivante , le Verbe de Dieu fait chair, Jésus qui est le nouveau Moïse. Au Sinaï, selon la tradition rabbinique la voix de Dieu s’était partagée en 70 langues, le nombre des langues connues à cette époque. Au jour de la Pentecôte, chacun entend les apôtres dans sa propre langue ! Le message de Jésus est destiné à tous les hommes de tous les temps. L’Esprit Saint rend possible la communion entre tous les hommes dans le respect des différences de chacun. La promesse de Jésus se réalise : « Il est bon que je m’en aille… » (Jean, 15, 7…13)

Psaume 103.

Merveilleux psaume qui chante la création. Oui, que tes œuvres sont belles. Les versets choisis illustrent le rôle de l’Esprit Saint, cet Esprit que Jésus a donné au monde dans le moment de sa mort sur la croix comme Saint Jean le rapporte.

Seconde lecture : Lettre de saint Paul aux Romains, chapitre 8, versets 8 à 17.

Quand on pense que cette lettre a été rédigée entre les années 50 - 60, on ne peut pas ne pas être surpris de constater que la théologie de l’Esprit Saint, son rôle dans la vie chrétienne était déjà très élaborée. Il faut être attentif au vocabulaire. Au verset 16 la mention de l’esprit renvoie à l’homme animé par l’Esprit Saint. Le mot « chair » correspond à l’homme vivant dans le péché, l’homme charnel promis non seulement à la mort physique comme toutes les créatures, mais aussi à la mort spirituelle. L’homme charnel est sous l’esclavage du péché. Paul dira : « le bien que je veux faire, je ne le fais pas, le mal que je ne veux pas faire, je le fais… ». L’Esprit Saint, mentionné 12 fois dans notre lecture renverse la situation. Il a ressuscité Jésus, Il nous ressuscitera, donc nous délivrera de la loi de la mort. Il nous rend libres et fait de nous des « fils de Dieu » capables de nous adresser à Dieu en Lui disant « Abba » ce qui veut dire très exactement « papa » ! Mais cette liberté à un prix : accepter de suivre Jésus jusqu’à la mort au péché et à la mort physique pour avoir part à sa résurrection.

Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean, chapitre 14, versets 15 & 16, 23b à 26.

Tout au long de ce long discours de Jésus après la Cène, Jésus annonce le don de l’Esprit Saint. On peut ne pas être d’accord avec le découpage liturgique. Il faut relire le texte dans son ensemble, c’est à dire les versets 15 à 26. Les versets omis nous disent que Jésus ne nous laisse pas orphelins. Il revient avec le Père et se manifestera au disciple fidèle à ses commandements qui se résument tous dans « son » commandement : celui de la charité, aimer comme Jésus aime. Les destinataires de l’évangile de Jean au moment de sa rédaction étaient beaucoup plus que nous familiarisés avec la notion de « logos », la « Parole ». Il s’agit de Jésus, la parole de Dieu faite « chair » Relisez dans Saint Jean chapitre 1, « Au commencement était le Verbe, le logos… » Etre fidèle à la Parole, c’est être fidèle à Jésus. Par la parole que vous entendez, c’est moi-même que vous entendez…

Vous trouverez dans vos bibles des traductions différentes du mot grec traduit ici par « défenseur » pour parler de l’Esprit Saint, par exemple le mot « paraclet ». Ce titre correspondait à un rôle tenu dans les procès de l’époque par un notable qui se portait garant de l’intégrité du prévenu, comme une sorte de caution morale en faveur de l’accusé.

L’Esprit Saint parle lui-même à son tour au cœur du disciple car cet Esprit est la parole d’amour commune entre le Père et le Fils.

homelie

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter