Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-Septieme-dimanche-de,259
        Textes du Septième dimanche de Pâques

Textes du Septième dimanche de Pâques

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre des Actes des Apôtres. Chapitre 7, versets 55 à 60.

Les communautés chrétiennes se sont peu à peu formées à l’annonce du message évangélique et de la résurrection du Seigneur Jésus. Leurs membres étaient d’une part des chrétiens issus du Judaïsme, ce sont les « Hébreux » et d’autre part des chrétiens venus du monde grec, ce sont les « hellénistes ». Etienne appartenait à ce dernier groupe. Il était l’un des 7 diacres que les apôtres avaient mandatés pour s’occuper en particulier des tâches liées au service des frères (le mot « diacre » signifie « serviteur). C’était une figure « charismatique », un homme rempli de foi et d’Esprit Saint (Actes 6, 5) Devant l’impact de sa prédication les autorités – le Sanhédrin- le convoque. Luc fait dans son récit un parallèle entre le sort de Jésus et celui d’Etienne.

Comme Jésus, Etienne est exécuté (lapidé), hors de la ville.

Comme Jésus, il pardonne à ses bourreaux.

Comme Jésus, il remet sa vie au Père .

Psaume 96.

Ce psaume exalte la royauté du Seigneur (de Yahvé). Il est roi puisque créateur, ce que souligne la mention du ciel et de la terre. Il l’est aussi par son œuvre de salut. Les versets choisis s’appliquent à Jésus qui est le Seigneur glorifié dans son Ascension que nous venons de célébrer.

Seconde lecture : Livre de l’Apocalypse de Saint Jean, Chapitre 22, versets 12 à 14, 16 à 20.

Nous sommes au terme de ce livre mystérieux. Voici plusieurs remarques au fil de la lecture.
- C’est tous les jours que le Seigneur vient comme Il est venu, comme Il reviendra. Et il vient avec tous ses titres : il est l’alpha et l’oméga, le descendant de David, l’Etoile du matin, et surtout l’Epoux. Il est cet époux qui vient au devant de sa fiancée qui est l’église. Il faut relire dans la lettre aux Ephésiens, chapitre 5, verset 25 : « Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’église et s’est livré pour elle. » L’Esprit Saint est comme la voix de l’amour qui s’exprime à l’intime de l’Epoux, au cœur de l’église, au cœur de nos communautés.
- La prophétie d’Isaïe au chapitre 5, 1, texte lu au cours de l’office du Samedi saint se réalise : « Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! même si vous n’avez pas d’argent, venez, achetez et consommez ; venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer… »
- C’est la nouvelle création qui est en train de naître à travers les rudes combats de la vie chrétienne et le nouvel arbre de vie sera plantée au cœur de la nouvelle Jérusalem, le nouveau jardin d’Eden… (Livre de la Genèse, chapitre 2, 15…)
Une dernière remarque : les premières communautés chrétiennes vivaient dans l’attente fébrile du retour du Seigneur Jésus, la « parousie » du Seigneur. « Viens, Seigneur Jésus » ou dans la langue du pays « Marana tha ! » est un cri d’espérance. C’est toute l’église comme tendue en avant dans l’attente du retour de son Bien-Aimé.

Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean, chapitre 17, versets 20 à 26.

Ces quelques versets font partie de la prière sacerdotale de Jésus – tout le chapitre 17- qui clôture le long entretien de Jésus avec ses disciples après la célébration de la Cène. Jésus a prié pour son église, donc pour nous et il le fait encore aujourd’hui comme nous le rappelle la lettre aux Hébreux (7, 25). Dans sa prière Jésus nous dit à quelle condition le monde saura qu’Il est le véritable envoyé de Dieu. Relisez les versets 23 et 25 : « Qu’ils soient un pour que le monde croit que tu m’as envoyé… » Et Jésus insiste. Ici, le « monde » n’a pas le sens négatif qu’il a dans d’autres passages. Il s’agit de l’ensemble de l’humanité.

Nous avons déjà rencontré le terme de « gloire » dont il est ici plusieurs fois fait mention. La gloire de Dieu est tout ce que l’homme peut « voir », peut saisir de Dieu. A travers Jésus cette gloire est manifestée par l’amour que Jésus a pour le Père et pour le monde, mais aussi par l’amour des disciples les uns pour les autres. Le verset 25 nous dit comment nous pouvons connaître quelque chose du mystère de Dieu : à travers la personne de Jésus. Ce dernier l’avait déjà dit à son disciple Philippe au chapitre 14, 9…. « Qui me voit, voit le Père. » Quand Jésus parle du « nom », le « nom du Père », c’est de la personne elle-même du Père dont Jésus parle.

Vous aurez remarqué l’insistance de Jésus pour nous dire qu’il est « en » nous, « avec » nous. Ce thème de la présence de Dieu au cœur de nos vies est comme un fil rouge à travers tous les chapitres de 1 » à 17. Comme on le chante parfois : « Tu es là au cœur de nos vies et c’est toi qui nous fais vivre… » Cette vie est le fruit de l’action de l’Esprit Saint en nous.

Dans la 1ère lecture il avait été question de la gloire de Dieu contemplée par Etienne. Si la seconde lecture ne nous parle pas de cette gloire elle insiste par contre très fort sur la venue de Jésus qui nous révèle la gloire du Père comme vient de nous le rappeler l’évangile.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter