Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-Saint-Sacrement-du-Corps
        Textes du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Textes du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Cette fête du Corps et du Sang du Christ nous rappelle que l’Eucharistie est au centre de notre vie de chrétien. Par la volonté du Seigneur Jésus il n’y a pas de vie chrétienne authentique sans notre participation régulière à ce sacrement.

Le thème commun aux trois lectures de ce jour est celui de l’Alliance . Le Dieu que nous révèle Jésus est un Dieu qui veut nouer entre lui et tous les hommes une alliance d’amour

Première Lecture : Livre de l’Exode Chapitre 24, versets 3 à 8.

Ecrits après la déportation à Babylone donc après les années 580 av. Jésus les récits de ce livre ont une valeur catéchétique : ils veulent nous donner un enseignement sur la foi d’Israël qui se sait un peuple choisi par Dieu et avec qui le Seigneur-Dieu a voulu sceller une alliance d’amour. Nous avons ici la conclusion de cette alliance. Dans la mentalité sémite la vie de tout être crée est dans son sang. Le sang est le siège réel de la vie de tout être créé. L’immolation sanglante et l’offrande d’une victime dans un sacrifice symbolisent le don qu’un homme fait de lui-même à la divinité pour être en communion avec elle. : Tel est le sens de ce rite d’aspersion fait par Moïse sur le Peuple puis sur l’autel qui représente la divinité. Cette alliance est scellée sur la base des 10 paroles dont Moïse vient de faire la lecture. Le Peuple s’engage solennellement à les suivre. Cette aspersion du peuple pourrait aussi être vue comme un rite d’imprécation évoquant le sort de celui qui ne serait pas fidèle à l’alliance. C’est parce que le Peuple n’avait pas été fidèle à cette alliance qu’il a subit ce châtiment que fut la destruction du Temple et la déportation à Babylone… En Jésus c’est une nouvelle alliance qui sera nouée comme l’avait annoncé le prophète Jérémie : lisez au livre de Jérémie le chapitre 31, 31 à 34.

Psaume 115.

Un fidèle pieux rend grâce (C’est le sens du mot « eucharistie) à Dieu pour avoir été libéré de ses malheurs, comme on porte un toast à celui qu’on, veut honorer.

Seconde lecture : Lettre aux Hébreux Chapitre 9, versets 11 à 15.

L’auteur de cette lettre – un disciple de st Paul - établit un parallèle entre le sacerdoce du Christ et celui du Grand Prêtre dans la liturgie du Temple à son époque. C’est parce que Jésus a donné sa vie (symbolisée par son sang) par amour que Jésus est devenu le Sauveur de TOUS les hommes. Jésus avait déjà comparé son Corps au vrai Temple de Dieu. Il faut relire en st Jean le chapitre 2 de son évangile... Le Sang de Jésus est le Sang de la nouvelle alliance annoncée par Jérémie. Cela Il l’a fait une fois pour toute. Dans le sacrement de l’eucharistie on ne recommence pas le sacrifice de Jésus : on l’actualise en ce sens que par le rite sacramentel nous sommes toute à la fois rendus présents au Jeudi Saints, au Vendredi saint et au jour de Pâques. C’est le sens du mot mémorial : Par le geste sacramentel nous sommes réellement présents à la mort et à la résurrection de Jésus.

Evangile selon st Marc, Chapitre 14, versets 12 à 16 & 22 à 26.

Entre la première partie de notre évangile (versets 12 à 16) et la seconde nous est rapportée la trahison de Judas. Une question : si la salle était déjà prête, pourquoi y faire des préparatifs ?

Jésus était déjà prêt, mais ses disciples ? N’est-on jamais vraiment prêts pour participer à la messe ? Une autre question : pourquoi parler de « son » repas comme si les disciples n’était pas partie prenante ? N’est-ce pas une façon pour l’évangéliste de nous faire comprendre que Jésus veut associer ses disciples (chacun de nous) à ce qu’il va faire. St Luc fera dire à Jésus au moment où il va célébrer la Pâque (Luc 22,14) « J’ai désiré d’un grand désir célébrer cette Pâques avec vous ». Jésus a voulu réellement nous associer à l’offrande qu’il va faire lui-même de sa vie : il le fait par le don merveilleux de son eucharistie. Nous n’aurons jamais fini de comprendre à quel point le sacrement de l’eucharistie est au cœur de notre vie de chrétien et combien il ne peut pas y avoir sa vie réellement chrétienne sans participation à la messe. Le pape Jean-Paul II vient de nous le rappeler avec vigueur dans sa lettre encyclique adressée à tous les chrétiens le Jeudi Saint, le 17 avril dernier.

homelie

newsletter