Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-Quatrieme-Dimanche-de,157
        Textes du Quatrième Dimanche de Pâques

Textes du Quatrième Dimanche de Pâques

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre des Actes des Apôtres , Chapitre 2, versets 14a et 36 à 41

Les versets 36 à 41 sont la suite de la lecture de dimanche dernier. Selon le récit des Actes, au soir de la Pentecôte, Pierre avait adressé un discours à la foule rassemblée qui se terminait pas l’annonce du mystère pascal : « Ce Jésus que vous avez crucifié, Dieu l’a fait Christ et Seigneur… » Pierre affirmait clairement la divinité de Jésus. Il est le « Seigneur », autrement dit en Jésus ressuscité Dieu se révèle en plénitude : Jésus est Fils de Dieu au sens fort du terme. Pierre dit aussi sa mission. Il est le « Messie », celui par qui Dieu réalise son projet d’une alliance d’amour entre Lui et tous les hommes.

Soyez attentifs à la réponse de Pierre et à l’ordre dans lequel il présente les démarches à accomplir :

  • convertissez-vous…
  • recevez le baptême pour la rémission des péchés…
  • vous recevrez alors l’Esprit Saint. Ainsi prend naissance la première communauté de disciples réunis autour de Jésus Ressuscité. Nous sommes leurs héritiers.

Psaume 22

Ce psaume a déjà été prié le 4ème dimanche de carême. La liturgie le reprendra encore les 28ème et 34ème dimanches du temps ordinaire. Son choix aujourd’hui est dicté par l’évangile de ce 4ème dimanche de Pâques.

Seconde lecture : Première lettre de Saint Pierre, Chapitre 2, versets 20b à 25

Ce passage s’inscrit bien dans les lectures de ce jour puisque l’évangile nous parlera de Jésus le Bon Pasteur qui est venu pour que ses brebis aient la Vie, la Vie en abondance.

Pierre s’adresse à des chrétiens qui sont aussi des esclaves vivant une situation d’injustice. et de violence. Jésus lui aussi a vécu une telle situation. La toile de fond de la description de ce Jésus a vécu est ce beau texte d’Isaïe évoquant le serviteur souffrant au chapitre 53. Ce qui nous sauve ce ne sont ni les souffrances ni la mort de Jésus, mais l’extraordinaire amour que Jésus nous témoigne dans l’acceptation héroïque de ses souffrances et de sa mort.

Par sa mort, Jésus rassemble ses brebis égarées que nous sommes pour nous partager sa Vie.

Lecture de l’Evangile selon saint Jean, Chapitre 10, versets 10

Tout l’évangile de Jean est construit comme une sorte de procès entre Jésus et les « Pharisiens » ou les « Juifs », procès qui aura sa conclusion au chapitre 11, versets 47 et suivants où nous voyons les chefs juifs décider la mort de Jésus. Ici Jésus se situe face à ces derniers. Ils sont ces voleurs et ces mauvais bergers déjà visés par le prophète Ezéchiel au chapitre 34 qu’il faudrait relire…Le portier qui ouvre la porte au bon berger est Dieu le Père au nom de qui Jésus parle et agit .. Jésus l’avait dit au chapitre 6, 44 : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire. »

Mais si Jésus est le Berger, il est aussi la Porte ! Au chapitre 14, il dira qu’Il est le Chemin, la Vérité et la Vie et que nul ne va vers le Père sans passer par Lui. (Jean 14,6)

Entre Jésus et ses brebis, chacune étant appelée par son nom (voyez Apocalypse 2, 17) se sont des relations de confiance et d’amour qui s’instaurent.

homelie

newsletter