Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-Deuxieme-dimanche-de
        Textes du Deuxième dimanche de Carême

Textes du Deuxième dimanche de Carême

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre de la Genèse, Chapitre 12, versets 1 à 4a

La geste d’Abraham veut décrire l’itinéraire de chaque croyant. En lui, tout homme est « justifié » par le Seigneur , tout homme est comme « ajusté » à Dieu, rendu « juste » puisque dans notre ancêtre toutes les nations sont bénies à la seule condition que chacun mette toute sa confiance, toute sa foi en ce Dieu qui veut faire alliance avec nous et qui nous appelle, chacun par notre nom, celui de notre baptême.

Les quatre versets de notre lecture sont porteurs d’un très grand dynamisme : notez tous les verbes d’action : Pars, laisse, va, je ferai, je bénirai… 7 fois le Seigneur est sujet et 5 fois le thème de la bénédiction est repris Le Seigneur prend lui-même l’initiative car Il nous aime…son amour précède notre désir !

En Abraham nous sommes appelés par le Seigneur à nous mettre en route..
En Abraham nous sommes bénis de Dieu…
En Abraham nous nous mettons en route…vers Pâques en vivant notre baptême…
En Abraham tous les croyants au Dieu UN sont ses fils : Juifs, Musulmans et Chrétiens.

Psaume 32

Psaume de confiance qui dit bien la foi d’Abraham, la foi de tout croyant. La promesse du Seigneur est parole d’amour : Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi.

Seconde lecture : 2ème Lettre de st Paul à Timothée, Chapitre 1, versets 1, 8b à 10

C’est en Jésus que se réalisent pleinement les promesses faites par Dieu à Abraham. L’appel de Dieu est répercuté par Jésus et le salut est offert par Jésus à tout croyant dans une totale gratuité. Jésus a traversé la mort, c’est donc à la Vie totale en Dieu que nous sommes appelés. Les promesses de Dieu à Abraham sont pleinement réalisées en Jésus mort et ressuscité. Le dernier verset de notre lecture évoque le mystère pascale vers lequel nous sommes en marche. Nous le célébrerons au cours de la nuit pascale.

Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 17, versets 1 à 9

Pierre vient de confesser sa foi : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »(16, 16). En réponse Jésus annonce à ses apôtres sa mort et sa résurrection. Nous sommes dans la dernière étape de la montée de Jésus vers Jérusalem où l’attendent les événements que nous connaissons. Il est impossible de dire ce qui s’est passé réellement sur la montagne car lorsque l’on compare les trois versions données par les évangiles synoptiques on doit reconnaître que ce récit a été retravaillé pour donner un enseignement à des chrétiens qui vivaient après la résurrection de Jésus. Il est probable que nous sommes à l’époque où se célébrait la « fête des tentes ». En souvenir de la marche au désert durant 40 ans les juifs vivaient pendant 8 jours dans des tentes de branchages. Au fil des années cette fête avait pris un caractère d’annonce de la fin du monde. Il est à noter que les juifs célèbrent encore aujourd’hui cette fête. Moïse personnifie l’alliance que Dieu veut nouer avec son Peuple. Cette alliance deviendra la nouvelle alliance dans le sang de Jésus. Elie représente quant à lui l’ensemble des prophètes qui ont annoncé la venue du Messie. Leur présence à tous deux qui avaient rencontré Dieu sur la montagne de l’Horeb (le Sinaï) souligne qu’en Jésus c’est Dieu qui se révèle aux apôtres qui leur confirme Lui-même ce qu’Il avait dit à son Fils lors du baptême. La transfiguration anticipe la résurrection de Jésus au moment où il venait d’annoncer aux siens sa mort prochaine. On peut remarquer la parole de Jésus : « Relevez-vous, n’ayez pas peur… » Se relever évoque la résurrection et au matin de Pâques Jésus dira aux siens : « N’ayez pas peur, c’est moi… » .Nous pouvons continuer notre marche vers Jérusalem ; avec les apôtres nous savons que Jésus qui nous y a précédé est vivant et qu’il peut et veut nous communiquer cette vie en plénitude dont nous vivons déjà par notre baptême et dont nous jouirons éternellement après notre propre mort qui sera notre pleine participation au mystère pascal. Celle-ci est anticipée au cours de chaque eucharistie à laquelle nous participons.

homelie

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter