Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-8eme-dimanche-du-temps
        Textes du 8ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 8ème dimanche du temps ordinaire

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Livre d’Osée, Chapitre 2, versets 16 – 17b et 21- 22.

Osée exerce son ministère prophétique au 8ème siècle avant J.C. dans le royaume du nord. Par rapport au royaume du sud (royaume de Judas) c’est une région riche et prospère. Le culte du vrai Dieu est délaissé au profit du culte de Baal, et cette richesse est source d’injustices au détriment des plus pauvres. Le prophète Osée a une femme infidèle. Sa souffrance lui fait mieux comprendre la gravité de l’infidélité du Peuple de Dieu. Son péché est comme un adultère. Le texte d’ou est tirée notre lecture a manifestement été remanié au cours des siècles. Mais pour nous le message est clair ; Le péché, notre péché, est une infidélité à l’amour que Dieu nous porte.

Dans la bible le désert est le lieu de l’épreuve. Dieu conduit sa fiancée (le Peuple infidèle) au désert pour lui parler cœur à cœur afin qu’elle lui réponde comme au temps de sa jeunesse, au jour où elle est sortie du pays d’Egypte. C’est au désert du Sinaï qu‘avait été conclue l’alliance entre Dieu et son Peuple.

Le lectionnaire a traduit le texte hébreu : « tu seras ma fiancée » alors qu’il aurait fallu traduire : « JE te fiancerai à moi pour toujours ». Le verbe employé par la bible n’est utilisé que lorsqu’il s’agit d’une jeune fille vierge. Dieu abolit donc ainsi totalement le passé adultère du Peuple de Dieu. Toute l’initiative vient de Dieu. Son pardon est total. Les deux mots « amour » et « tendresse » disent bien la profondeur de l’amour divin et le verbe « connaître » renvoie à l’intimité des rapports proprement conjugaux entre l’homme et la femme. Dans l’évangile de ce jour, Jésus fait allusion à cette symbolique nuptiale de l’amour de Dieu pour les siens.

Psaume 102.

Vous noterez les correspondances avec notre première lecture : « Il pardonne toute tes offenses », « le Seigneur est tendresse et pitié » et aussi le binôme : « tendresse et amour ». C’est ainsi qu’aujourd’hui Dieu agit envers nous. Chaque eucharistie est occasion de rendre grâce pour la gratuité de l’amour que Dieu porte à chacun de nous, comme également à chaque être humain.

Seconde lecture : Deuxième lettre de Paul aux Corinthiens Chapitre 3, versets 1b à 6.

Nous savons qu’après la résurrection tout un courant de pensée alimenté par des chrétiens venus du judaïsme voulait imposer aux autres chrétiens les exigences de la Loi. Tout au long de son ministère Paul s’est heurté à ce courant et l’a combattu. On est sauvé non pas par l’observance de la Loi mais par la gratuité de l’amour de Dieu manifestée dans la personne de Jésus. Les prédicateurs avaient besoin d’une lettre de recommandation. Ainsi Saul (alias Paul) avait-il demandé une telle lettre aux responsables de Jérusalem pour ceux de Damas. Lisez Actes des Apôtres (9, 1 à 3). Pour Paul sa lettre de recommandation est symbolique : elle est comme écrite dans le cœur de tous ceux qu’il a convertis au message de l’évangile. Les tables de la Loi sont devenues inutiles puisque l’église est le nouveau Peuple de Dieu. Le Peuple de la nouvelle alliance scellée dans le sang de Jésus. Les prophètes Ezéchiel et Jérémie avaient déjà utilisé cette image de la loi de Dieu écrite dans le cœur des croyants : voyez ces deux références : Ezéchiel 36, 36 et Jérémie 31, 31.

Lecture de l’Evangile selon saint Marc, Chapitre 2, versets 18 à 22.

Les pharisiens avait rendu le jeûne obligatoire deux fois par semaine : ce qui n’était pas demandé par la Loi. Jésus paraît « laxiste » dans sa façon d’interpréter des coutumes qui était devenues des « lois ». Jésus est comme l’ « époux ». Ce thème nuptial se retrouve à travers tout l’évangile : les paraboles des invités au repas des noces ; les vierges sages et les autres qui attendent le retour de l’époux…et il y a une allusion nette au jour où l’époux sera arraché à la présence des siens. Le thème de la nouveauté : « outres neuves, vêtement neuf » souligne que le monde nouveau en la personne de Jésus est déjà là : nous ne sommes plus sous le régime de la loi mais celui de la gratuité de l’amour de Dieu. Cela était déjà présent dans la première lecture.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter