Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-7eme-dimanche-du-temps,246
        Textes du 7ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 7ème dimanche du temps ordinaire

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : 1er Livre de Samuel, chapitre 26, versets 2, 7 à 9, 12-13, 22-23.

Le lectionnaire nous donne une mosaïque de versets qui n’est que le squelette de ce beau récit : il faut lire ce chapitre 26 en son entier. Ce texte a été choisi pour nous préparer à la lecture de l’évangile. « Que Saül utilise vis à vis de David la même « mesure » que ce dernier a utilisée vis à vis de lui-même, l’Oint du Seigneur ». Mais l’enseignement que nous donne ce texte est beaucoup plus qu’une leçon de morale. C’est la foi de David qui est donnée en exemple. Si David ne veut pas toucher à la vie de Saül c’est parce que ce dernier est l’Oint du Seigneur. L’onction qu’il avait reçue du prophète Samuel fait de lui un être sacré. On ne touche pas à ce qui est sacré… Il faut nous rappeler que les mots : « messie » (hébreux), « christ » (grec) et « oint » (français) ont le même sens : ils désignent celui qui a reçu de Dieu une onction en vue d’une mission. Jésus a reçu l’onction de l’Esprit Saint au jour de son baptême, il a été fait « messie » ou « christ ». De même, nous aussi au jour de notre baptême nous avons reçu l’onction avec le saint chrême. Nous sommes devenus des « chrétiens » ou des « christs » ; nous participons à la triple mission du Christ : prêtre, prophète et roi.

Psaume 102.

Jésus a prié ce psaume et toute sa vie nous révèle ce Dieu de tendresse et d’amour. Puisque nous sommes crées à l’image de Dieu, agissons à la manière de ce Dieu qui n’est qu’amour.

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc. Chapitre 6, versets 27 à 38.

Nous continuons la lecture de ce chapitre de l’évangile de Luc qui nous donne une autre version du discours inaugural de Jésus selon St Matthieu (chapitres 5 à 7). Seul le Christianisme affirme haut et fort l’amour des ennemis. Luc rapporte la première parole de Jésus sur la croix : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (chapitre 23, 24) et le même pardon accordé par Etienne à ceux qui le lapident (Actes des Apôtres, 7, 60). A leur suite nombreux seront les martyrs qui agiront de même. La vie selon l’évangile est beaucoup plus qu’une morale : elle est une vie selon l’Esprit de Jésus, Esprit auquel nous participons par la grâce du baptême. Saint Paul disait aux Galates hier et à nous aujourd’hui : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » (lettre aux Galates, 2, 20). Et l’obligation m’est faite, qui est une obligation d’amour, d’être miséricordieux envers mon prochain, c’est parce que Dieu est miséricordieux envers moi….

Seconde lecture : Première lettre aux Corinthiens, chapitre 15, versets 45 à 49.

Nous savons que pour les Grecs l’idée de la résurrection des corps est impensable à cause de l’opposition radicale pour eux entre le corps et l’âme. Pour Paul comme pour les auteurs de la Bible (des sémites) cette opposition n’existe pas : l’homme est « un », à la fois matière et esprit, corps et âme. C’est là deux façons de concevoir l’homme qui sont opposées et qui s’affrontent. Pour Paul la solution de cette question se trouve dans le fait que ce qui a été vécu par le Christ est vécu aujourd’hui par le chrétien La résurrection de Jésus fonde notre propre résurrection. Jésus est le Sauveur parce que par sa résurrection la mort dans son principe qui est le péché est détruite. Pour Paul Jésus assume en sa personne la destiné de toute l’humanité. Il est le Nouvel Adam, le Dernier Adam. En Lui qui est mort et ressuscité tout ce qui est humain, source de péchés et de mort, disparaît et l’être humain, l’homme charnel, devient être spirituel. Vivons ce que nous sommes : des ressuscités !

homelie

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

newsletter