Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-5eme-Dimanche-de-Careme,252
        Textes du 5ème Dimanche de Carême

Textes du 5ème Dimanche de Carême

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre d’Isaïe, chapitre 43, versets 16 à 21.

Les chapitres 40 à 55 du livre d’Isaïe forment un tout rédigé par un disciple lointain du prophète lui-même. Cet ensemble a pour titre : « Le livre de la consolation. ». Le peuple d’Israël est dans une situation humainement désespérée. Plus de roi, plus de pays, plus de temple. L’élite de la population est déportée à Babylone après le sac de Jérusalem et la destruction du temple en 587. Un prophète, disciple d’Isaïe, appelle ses frères déportés à ne pas désespérer. Dans les temps anciens Dieu avait libéré son peuple de l’esclavage des Egyptiens. Ce que Dieu a fait autrefois, il peut le refaire. C’est ce que nous disent les deux premiers versets. Mais Dieu entend faire beaucoup plus. Cela Il le fera par l’intermédiaire d’un non-juif : Cyrus qui en 538 invite les populations déportées par son prédécesseur à retourner dans leur pays d’origine. Dieu va tracer non plus un sentier à travers la mer mais une route à travers le désert. Les déportés vont vivre un nouvel exode et Dieu va faire un monde nouveau… Tout au long du carême nous revivons l’exode du peuple de Dieu. Pâques est maintenant tout proche. C’est la réalisation de ce monde nouveau, celui de la résurrection. Nous sommes ce peuple que Dieu a formé pour dire sa louange. Et toute la création sera associée à cette résurrection, y compris les bêtes sauvages.

Psaume 125.

Ce psaume fait partie de la série des psaumes dits « des montées ». Ce sont des psaumes que les pèlerins qui montaient vers Jérusalem chantaient sur la route en particulier lorsqu’ils arrivaient en vue de la ville sainte. Il est mis ici dans la bouche des déportés rentrant à Jérusalem. Après les larmes, les cris de joie, après les souffrances et la mort, la résurrection. Jésus l’avait annoncé aux siens : « Vous serez tristes mais votre tristesse se changera en joie… » (évangile de Jean, chap. 16, 20) Nous pouvons faire nôtre ce cantique : Pâques est à l’horizon…

Seconde lecture : Lettre de saint Paul aux Philippiens. Chapitre 3, versets 8 à 14.

Nous avons lu pour le 2ème dimanche de carême un passage de ce chapitre. Ce même dimanche, dans le livre de la Genèse il nous était dit : « Abraham eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. » Au verset 9, Paul reprend à son compte cette affirmation et il nous invite à revivre à notre tour le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus. Le dimanche des Rameaux- dimanche prochain- et le Vendredi Saint nous relirons la Passion de Jésus selon Saint Luc et selon Saint Jean. On retrouve ici l’idée de la première lecture : le Seigneur vient faire toutes choses nouvelles… Alors, oui, courrons sur le chemin que nous trace Jésus…

Evangile selon Saint Jean. Chapitre 8, versets 1 à 11.

Nous quittons l’évangile de Luc pour celui de Jean… mais il est infiniment probable que ce court récit n’est pas de Jean. D’ailleurs il manque dans les manuscrits les plus anciens. Peu importe ; c’est une question de spécialistes et cela n’enlève rien de la force de ce récit.

Pour délivrer son enseignement, le rabbin était assis. Matthieu ( 23, 2) écrivait « Sur le siège de Moïse se sont assis les scribes et les pharisiens… » Ceux-là même qui lui amènent cette femme prise en flagrant délit d’adultère et arguent de la Loi mosaïque. Le grec permet une association d’idées entre la fonction du scribe et le fait que Jésus écrive sur le sol. Ce dernier, dans la pensée du rédacteur serait donc le vrai scribe, le seul interprète pleinement autorisé de la loi mosaïque. Jésus va se dégager du piège qui lui est tendu et en même temps libérer la femme. Son attitude – incliné vers le sol- attire les regards et les détourne du fait même de la femme. La brève répartie de Jésus force les accusateurs de cette femme à rentrer en eux-mêmes : habileté et délicatesse de Jésus…. Jésus reste seul avec la femme « au milieu » (non pas comme le lectionnaire le dit : en face de lui.) ; L’invitation à ne plus pécher ne peut venir que de celui qui est sans péché et qui va donner sa vie pour nous libérer de l’esclavage du péché. Cette invitation s’adresse très spécialement à chacun de nous. L’autre dimanche, l’apôtre nous invitait à nous laisser réconcilier par Dieu…

homelie

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter