Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-4eme-dimanche-du-temps,243
        Textes du 4ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 4ème dimanche du temps ordinaire

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre de Jérémie, chapitre 1, versets 4 & 5, 17 à 19.

Dans la succession des rois de Judas, de David à la déportation à Babylone se détache la figure de Josias qui fut un saint roi. Il régna de 640 à 609. C’est sous son règne que commence le ministère prophétique de Jérémie. Sa vocation est à dater aux environs de l’année 627. Le lectionnaire de ce jour nous donne une partie du récit de sa vocation. Il faudrait lire le récit dans son entier. Après la mort dramatique de Josias à la bataille de Meggido, Jérémie est en but à la persécution. En relisant son histoire, les chrétiens verront en Jérémie une figure du Christ. Le choix de cette lecture a été dicté par le passage de l’évangile lu ce dimanche.

Notez les trois verbes du verset 5 : « Je te connaissais , je t’ ai consacré , je fais de toi un prophète ». C’est notre propre histoire avec Dieu qui est ainsi résumée et au verset 19, le Seigneur nous dit comme au prophète, comme autrefois à Moïse, comme à Jésus : « Je suis avec toi pour te délivrer … » C’est ce que nous nous souhaitons tout au long de nos liturgies lorsque nous nous disons : « Le Seigneur soit avec vous. »

Psaume 70.

Ce psaume dont nous lisons ce dimanche quelques versets est la prière d’un homme âgé, la prière d’un croyant qui, tout au long de sa vie, a vérifié par l’expérience la vérité de la parole de Dieu à Jérémie : « Je suis avec toi… ».

Evangile : selon Saint Luc, chapitre 4, versets 21 à 30.

Lors de la présentation de Jésus au Temple, le vieillard Siméon avait annoncé que Jésus serait un signe de contradiction. Le récit d’aujourd’hui en est l’illustration. Les témoignages de Matthieu (chap. 13, 51 à 58) et de Luc (chap. 6, 1 à 6) laissent à penser qu’effectivement Jésus fut mal reçu par les gens de Nazareth. Les trois évangélistes notent que nul n’est prophète dans son pays. Les concitoyens de Jésus ne voient en lui qu’un homme comme tous les autres. Ils n’en connaissent, et pour cause, que l’origine humaine. Mais Jésus échappe à la fureur des habitants de Nazareth. On peut penser qu’en lisant ce récit, les premières communautés chrétiennes voyaient le Christ Ressuscité dominant les puissances du mal. Aujourd’hui, en Jésus, à la fois pleinement homme et pleinement Dieu, le Seigneur est avec nous. Toute la suite de l’évangile va nous montrer Jésus attirant à lui, tous ceux et toutes celles qui lui font confiance, devenant pour chacun source de vie.

Seconde lecture : 1ère lettre aux Corinthiens, chapitre12, verset31 à chapitre13,verset 13.

Le passage proposé ce dimanche est à lire dans son intégralité. Ce magnifique texte est gravé dans la pierre à l’entrée des ruines de la ville de Corinthe.

C’est vraiment la charité, l’amour qui caractérise le message chrétien. En grec, il y deux mots pour évoquer la réalité de l’amour. L’ « eros » et l’ « agapé ». Le premier correspond à l’amour physique, charnel. Le second à l’amour en tant qu’il est don de soi à l’autre, aux autres dans une totale gratuité. C’est de l’agapé dont il est question ici. Elle est la première des vertus « théologales ». Ce charisme de la charité est supérieur à tous les autres. Il est le fruit de l’action de l’Esprit Saint en nous qui nous rend capables, dans le respect absolu de notre liberté d’agir à la manière de Dieu. Au chapitre 5 de la lettre aux Romains (verset 5) Paul précise : » L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. » Comme la lumière qui fait chanter toutes les couleurs du vitrail, l’amour de Dieu, traversant nos cœurs fait chanter toutes les harmoniques de l’amour humain. C’est cet amour que nous connaîtrons éternellement dans une plénitude de vie et d’amour.

homelie

newsletter