Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-4eme-dimanche-du-temps
        Textes du 4ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 4ème dimanche du temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Pour une fois, il y a cohérence entre les trois lectures. Le fil rouge qui les unit est une suite de mots : humbles, petits, pauvres, justes…

Première lecture : Livre de Sophonie, Chapitre 2, verset 3, chapitre 3, versets 12 et 13

Un des douze petits prophètes, Sophonie exerce son ministère à l’époque du roi Josias, roi de Judas. Ce dernier trouvera la mort au cours de la bataille de Megiddo contre l’Egypte en 609. Pour le prophète, les « humbles » s’opposent à tous ceux qui mettent leurs forces en eux-mêmes , se passant ainsi de Dieu…Les versets choisis pour notre première lecture appartiennent à une partie du livre qui a été rédigée à l’époque perse. donc après la déportation à Babylone.

Notez ces deux expressions :

  • La « colère » de Dieu : il faut bien comprendre de quoi il est question. C’est un anthropomorphisme : on prête à Dieu les sentiments humains que l’on aurait si on était à sa place ! Dieu se désole tellement de l’endurcissement du cœur des hommes refusant son amour que, Lui, Dieu leur offre. Cela fait penser à la colère de Jésus lorsqu’il chasse les vendeurs du Temple…
  • Le « petit reste » :Dans les situations les plus désespérées de son histoire, Israël a toujours eu la certitude que Dieu est toujours fidèle à ses promesses, certitude incarnée dans un petit reste de juifs pieux, les « humbles du pays », ayant échappés à la destruction totale du peuple d’Israël…

Psaume 145

Vous noterez que dans les versets retenus par le lectionnaire c’est le Seigneur qui est toujours le sujet…

Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 5, versets 1 à 12a

Nous commençons la lecture du premier des 5 discours de Jésus rapportés par l’évangéliste. Comme le Deutéronome comportait 5 discours de Moïse, Jésus qui est le nouveau Moïse prononcera lui aussi 5 discours au cours de sa vie publique. Comme Moïse avait proclamé son discours sur l’alliance au sommet de la montagne du Sinaï, c’est du sommet d’ une montagne ( qui n’est d’ailleurs qu’une modeste colline !) que Jésus va parler. Ce premier discours inaugural commence par l’énoncé des « Béatitudes ». On relève au total une trentaine de béatitudes au long des 4 évangiles. Elles sont à entendre non comme des souhaits ou une exhortation moralisante mais comme une constatation ou selon la traduction d’André Chouraqui comme un appel à se mettre en route : « En marche les pauvres… » à la suite de Jésus !. Jésus déclare heureux, heureux aujourd’hui de sa joie à lui, ceux qui se mettent en route à sa suite. Avant de les proclamer, Jésus vit ces béatitudes. Elles sont comme son portrait en filigrane ! et ceux qui les vivent sont dans les meilleures conditions pour accueillir le Royaume de Dieu.

Les béatitudes nous montrent de quel côté est Dieu : du côtés des humbles, des affamés de justice, des artisans de paix… . Il n’est pas du côté des profiteurs, des riches et des repus car bien que Dieu les aime comme Il aime tous les hommes et veut que tous les hommes soient sauvés, ces derniers ne font aucune place à Dieu dans leur vie, ils s’en passent. Dieu n’a pas de place dans leur cœurs .

Quelques mots à bien comprendre :

  • la justice est d’abord l’action de Dieu qui « ajuste » l’homme à recevoir son amour et lui donne la force d’y répondre en vivant comme un « juste ». C’est donc la foi en cet immense amour de Dieu pour chacun de nous qui nous rend « justes ».
  • les doux ne sont pas des faibles et des mièvres. Cette douceur est une capacité à la compassion et à la miséricorde. Les "doux" sont des "non-violents" qui font preuve de patience.
  • Ceux qui pleurent sont ceux qui rejoignent Jésus pleurant sur Jérusalem Par ses pleures et sa prière sainte Monique a obtenu la conversion de son fils Augustin.

Seconde lecture : Première lettre de st Paul aux Corinthiens, Chapitre 1, versets 26 à 31

La communauté chrétienne de Corinthe était très composite : à côté de riches négociants et de personnages en vue, beaucoup d’esclaves et de petites gens, des pauvres, des moins que rien. Nous savons que la préférence de Jésus va toujours vers les plus pauvres, les exclus…C’est autour du Seigneur Jésus qui a vécu pleinement les béatitudes que se construit l’église, la communauté des chrétiens, hier comme aujourd’hui.

Pour bien comprendre ce passage de la lettre de Paul il faut se rappeler que nous sommes en Grèce. L’apôtre oppose la sagesse orgueilleuse de l’intelligence grecque qui se veut absolue à la vraie sagesse à l’œuvre dans le dessein de Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés par l’amour que Jésus nous révèle dans sa mort et sa résurrection.

homelie

newsletter