Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-4eme-dimanche-de-l-Avent,183
        Textes du 4ème dimanche de l’Avent

Textes du 4ème dimanche de l’Avent

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Second livre de Samuel, Chapitre 7, versets 1 à 5, 8b à 12 et 14 à 16

Les deux livres de Samuel n’en font en réalité qu’un seul. Attribué au prophète Samuel (qui meurt au cours du second livre) ils ont été rédigés de fait beaucoup plus tard à partir de traditions anciennes, orales ou écrites, probablement au cours de l’exil à Babylone et à cette époque Israël n’a plus ni temple, ni roi, ni territoire.

Sous la forme d’un récit ayant l’apparence d’un récit historique c’est un enseignement théologique qui nous est donné en particulier sur le rôle du messie.

Dans l’évangile il sera fait explicitement allusion à cette première lecture.

Pour les prophètes, le Temple a mauvaise presse car on y pratique un culte purement formel qui n’est pas suivi d’une réelle conversion du coeur. Aussi ce n’est pas David qui reconstruira ce Temple mais c’est Dieu lui-même qui construira au roi une "maison", entendez que Dieu lui assurera une dynastie. En hébreu comme en français on peut donner au mot "maison" un double sens : une maison, une demeure que l’on habite ou une dynastie comme on parle de la "Maison de France". Jésus sera vu comme un successeur de David : l’évangile lui attribue souvent ce titre messianique de "Fils de David" et comme David il sera vu comme un Roi-Sauveur.

Psaume 88

L’oracle de Nathan a été médité en Israël en particulier aux moments les plus tragiques de l’histoire du Peuple de Dieu, par exemple au moment de la déportation à Babylone. Le psaume 88 porte la marque de ces évènements. Le psalmiste fait parler : Dieu sera fidèle à la promesse faite autrefois à David comme le rappelle la première lecture. Et cela en dépit des apparences. Pour nous chrétiens, le véritable Messie est Jésus lui-même.

Seconde lecture : Lettre de saint Paul aux Romains Chapitre 16, versets 25 à 27

Nous avons là la finale de cette longue lettre aux Romains. Le langage en est solennel.

Le mot "mystère" est à bien comprendre : non pas une réalité plus ou moins ésotérique mais une réalité qui dépasse les capacités de compréhension de l’intelligence humaine, un peu comme nos yeux sont incapables de regarder le soleil en face ! Sous ce mot de "mystère" Paul désigne le plan d’amour de Dieu qui veut sauver tous les hommes en Jésus Christ. Ce salut a une dimension universelle : ce sont toutes les nations qui sont appelées à bénéficier de la grâce de la justification en Jésus Christ : merveilleux message d’espérance pour tous les peuples.

Lecture de l’Evangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38

Ce "récit" est un des plus beaux des évangiles. Sur le moment qu’est-ce que Marie a pu saisir de cette annonce ? C’est son secret. Après la résurrection de Jésus l’évangéliste peut en dire beaucoup plus : à la lumière de la foi pascale il nous dit par avance qui sera cet enfant attendu par Marie. Luc utilise ici un procédé littéraire courant à son époque : dans des "récit" d’enfance l’historien dit qui est celui dont il va raconter l’histoire. Saint Luc va nous dire que cet enfant est fils de David, fils de Marie et Fils de Dieu au sens fort du terme et pas seulement par analogie.

Dans son récit Luc reprend deux textes de l’Ancien testament :

  • La prophétie de Nathan, lue dans la première lecture ;
  • Une prophétie d’Isaïe (7, 14) : "La vierge concevra et enfantera un fils et on lui donnera le nom d’Emmanuel". Ce texte est lu le lundi de la 4ème semaine du temps de l’avent.

Si Luc insiste sur le rôle de l’Esprit Saint il souligne également que le projet de Dieu ne peut se réaliser d’une façon magique : il faut le consentement de l’homme, hier celui de Marie, aujourd’hui le nôtre.

Une précision de vocabulaire :
"Je te salue, Marie..." Il faudrait lire : "Réjouis-toi, Marie..." qui correspond au sens du texte grec.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter