Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-3eme-dimanche-du-temps,242
        Textes du 3ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 3ème dimanche du temps ordinaire

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre de Néhémie, chapitre 8, 1…10.

Nous sommes en 398 avant Jésus Christ. Un roi perse, probablement Artaxerces II domine sur tout le proche orient. Il décide de reconnaître officiellement la religion des Judéens.. . Mais il veut connaître ce qui en fait l’essentiel. Pour répondre au désir du roi, un scribe, Esdras, va rédiger un exposé de la foi d’Israël sous la forme d’une histoire « sainte », une histoire théologique. Il le fait à partir d’un certain nombre de documents oraux ou déjà écrits mais en les adaptant à la nouvelle situation du Peuple de Dieu. Son travail est à l’origine de ce que sera la Thora juive, notre Pentateuque.

Les livres bibliques d’Esdras et de Néhémie nous résument les événements qui ont suivi l’édit de Cyrus après 538… Le passage lu ce dimanche évoque la lecture solennelle de la « Loi » ou la « Thora ». Rédigée en hébreu, elle a besoin d’être traduite et expliquée car le peuple ne comprend plus l’hébreux. Il parle l’araméen qui sera la langue de Jésus. Notez la double réaction du peuple : il pleure et il se réjouit. Il pleure parce qu’il se rend que compte que cette Loi qui exprime l’amour de Dieu pour son peuple n’est pas respectée. Il se réjouit car il se sait aimé de ce Dieu qui s’est révélé à lui par les prophètes. Chaque messe nous donne l’occasion de reconnaître que nous ne savons par répondre à l’amour de Dieu mais chaque messe est aussi source de joie. Notre joie est celle de Dieu : « La joie de Dieu est notre rempart ! »

Psaume 18.

Il serait à méditer et à prier dans son entier. Jésus a prié ce psaume. Unissons notre prière à la sienne. Chaque verset en est comme une source limpide qui jaillit du Cœur de Dieu.

Lecture de l’Evangile : selon Saint Luc, chapitre 1, versets1 à 4 ; chapitre 4, versets 14 à 21.

Avec le chapitre 4, nous commençons la lecture de la première partie du récit de la mission de Jésus : sa mission en Galilée. Cette lecture est précédée d’un prologue que l’auteur a rédigé à la fin de son travail pour nous présenter l’ensemble de son œuvre : son évangile et le récit des « Actes des Apôtres ». La conception que les historiens avaient de leur travail n’est pas celle des historiens modernes. Luc n’est pas un journaliste mais un théologien. Son projet est de nous dire la foi des premières communautés chrétiennes, en particulier celles issues du monde grec à la suite de la prédication de Paul. Son récit est un récit théologique. En lisant son évangile, nous avons à nous poser la question : quel enseignement veut-il nous donner ? En arrière plan à ces récits, il y a ,bien sûr, une histoire vraie mais que nous n’atteignons qu’à travers la foi en la résurrection de Jésus. Les récits de l’évangéliste sont toujours rédigés à la lumière de cette résurrection.

Donc Jésus revient au pays. Il retrouve la synagogue de son enfance. Là, il avait peu à peu compris à quel point le Dieu d’Israël est le Dieu de tous les hommes. Il avait réalisé que la seule façon de vivre cette alliance d’amour que ce Dieu avait voulu nouer entre Lui et tous les hommes était non pas d’offrir au Temple de Jérusalem des sacrifices d’animaux et de s’astreindre à l’observance minutieuse des préceptes légalistes mais d’aimer l’autre, tous les autres, au delà de leurs différences.

Nous pouvons être attentifs :
- à la mention de l’Esprit Saint au verset 4. Luc note très souvent cette action de l’Esprit ;
- au fait que l’office de la synagogue préfigure notre liturgie de la parole à la messe ;
- à l’actualité de la Parole : « C’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.. » Nous retrouvons plusieurs fois dans l’évangile de Luc cette mention : aux bergers dans la nuit de Noël, à Zachée (chap. 19), au bon larron(chap.24).
Cette parole est pour nous aujourd’hui. A nous de la vivre au quotidien de nos vies. Ce que Jésus fait à la synagogue de Nazareth, il le refait chaque dimanche à la messe.

Seconde lecture : Première lettre aux Corinthiens, chapitre 12, versets 12 à 30.

Comme dimanche dernier, nous continuons la lecture du chapitre 12. Paul compare la diversité des « charismes » qui sont des dons de l’Esprit à la diversité des différents membres qui composent le corps humain. A partir de cette comparaison, Paul souligne la solidarité de tous les hommes entre eux. Nous sommes les membres vivants du Corps du Christ, d’où l’importance de l’unité des membres entre eux. Soyons sensibles à cette remarque puisque nous sommes dans la semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Comme hier, notre Eglise ne peut vivre, se développer et assurer sa mission que dans cette unité et à la condition qu’un certain nombre de services soit effectivement et efficacement assuré. C’est toute la question des vocations en particulier aux ministères presbytéral et diaconal…

homelie

newsletter