Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-3eme-dimanche-de-careme
        Textes du 3ème dimanche de carême

Textes du 3ème dimanche de carême

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Livre de l’Exode, Chapitre 20, versets 1 à 17.

(N.B Il faut lire cette lecture dans son ensemble.)

Le livre de l’Exode est le second livre de cet ensemble qu’est le « Pentateuque » ou pour la bible juive la « Thora ». Cet ensemble a été rédigé au cours de la captivité à Babylone et à son retour. Nous avons là l’aboutissement de toute une réflexion sur la foi d’Israël : sous l’impulsion des Prophètes. Israël a pris conscience que son Dieu était un Dieu qui avait pris l’initiative de se révéler aux hommes, voulant nouer avec eux une alliance d’amour . Dans la pensée de Dieu cette alliance était universelle . Israël avait été choisi pour une mission : celle de partager cette révélation et ce projet divin avec tous les hommes. Ce choix n’était pas un privilège. C’est Jésus qui réalisera le projet divin.

Avec ce texte des 10 Paroles nous avons les bases de ce contrat d’alliance entre Dieu et tous les hommes. Il comporte 2 tables : La 1ère concerne les « droits » de Dieu : la seconde les « droits » de l’homme. . L’insistance est très marqué sur le fait que le Dieu qui se révèle est l’unique : il n’y a de Dieu que Dieu. Ne pas en faire d’image (voyez le « veau d’or ») Respecter l’absolue transcendance de Dieu. Ce respect est la seule condition pour que soit possible la vie entre les hommes. Cette transcendance exclut, aujourd’hui comme hier, toutes les formes d’idolâtrie : pare exemple aujourd’hui l’argent, la race, le pouvoir, le profit, le sexe.

Dans le livre du Deutéronome nous avons une seconde version des 10 Paroles (Deutéronome 5, 6 à 21). C’est une relecture plus tardive du texte de l’Exode. Les rédacteurs de la Bible ont de fait constamment relu les textes plus anciens pour les adapter aux situations nouvelles du Peuple de Dieu. Jésus à son tour relira les textes bibliques par exemple au sujet du sabbat ou du mariage.

L’église a repris à son compte ces 10 Paroles sous la forme des 10 Commandements de Dieu.

Psaume 18.

Ce psaume fait l’éloge de la Loi de Dieu. Il s’agit plus de la goûter que de l’appliquer. C’est une Parole de vie et de liberté : plus désirable que l’or fin, réjouissant le cœur de l’homme. Elle est plus savoureuse que le miel !

Seconde lecture : 1ère lettre aux Corinthiens Chapitre 1, versets 22 à 25.

La communauté des Corinthiens était une communauté divisée. : Les uns se réclamaient de Paul ou d’Apollos, ou de Pierre ou du Christ. Les uns suivaient une pensée juive, les autres une pensée grecque Paul lui, affirme haut et fort qu’il n’y a pas d’autre signe qui fonde notre foi de chrétien que la Croix du Christ. Puis qu’Il est le Vivant ressuscité. La croix est le passage obligé vers Pâques. Déjà Isaïe avait fait dire à Dieu (lisez IS. 29, 14) : « Je perdrai la sagesse des sages… »

Il ne nous est pas toujours facile d’accepter dans nos vies le paradoxe de la croix….

Lecture de l’Evangile selon saint Jean, Chapitre 2, versets 13 à 25.

Au cours de cette année « B » nous lisons des passages de l’évangile de Jean. Alors que les évangiles synoptiques ne connaissent qu’un seul voyage de Jésus à Jérusalem au terme duquel ils situent cet épisode des « vendeurs chassés du Temple », Jean fait état de plusieurs montées de Jésus à Jérusalem. Ce qui est probablement plus conforme à la vérité historique. C’est au cours de sa première montée que Jean situe l’épisode lu ce dimanche. Nous sommes à l’approche de la fête juive de la Pâque. Les juifs avaient fini par faire d‘une partie du Temple un véritable centre commercial pour les besoins du culte ! Et avec une banque pour changer l’argent utilisé par tous qui était la monnaie de l’occupant romain, donc « impure » et impropre de ce fait pour l’achat des victimes destinées aux sacrifices rituels. Pour Jésus le Temple tout entier est la maison de son Père. (Ce qui fait penser au passage de Luc2, 21/ ne saviez vous pas que je dois être aux affaires de Mon Père.) Et Il réalise la prophétie de Zacharie : « Il n’y aura plus de marchand dans le sanctuaire (lisez : prophète Zacharie 14, 21)

Notre récit comporte 2 parties : 1) les vendeurs chassés du Temple 2) la question sur l’autorité de Jésus. C’est après la résurrection de Jésus que les disciples comprendront le sens de la démarche de Jésus, qui devient un acte prophétique : après la mort de Jésus, les sacrifices rituels n’on plus aucun sens. La citation du psaume 68, 10 : « le zèle de ta maison me dévore, nous met dans un climat pascal : ce « zèle » mènera Jésus à la Passion… et à la résurrection. Les juifs demandent un signe (voyez la seconde lecture). Jésus leur dit qu’il est lui-même ce signe. Il est le vrai Temple de Dieu. Sa résurrection est décidément le grand signe et de son autorité et de sa divinité. Jésus remet les pendules humaines à l’heure de Dieu La première lecture nous avait dit avec insistance qu’il n’y a de Dieu que Dieu. Jésus nous le redit à sa manière. En défendant les droits du Dieu Unique.

homelie

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter