Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-30e-Dimanche-du-Temps
        Textes du 30e Dimanche du Temps ordinaire

Textes du 30e Dimanche du Temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre de l’Exode, Chapitre 22, versets 20 à 26

La première lecture aborde la question des rapports entre les membres du Peuple de Dieu. C’est une question semblable qui sera abordée dans l’évangile à propos de la discussion de Jésus avec les Pharisiens.

A la suite du désastre de l’an 587 – rappelons-nous : la prise de Jérusalem, la destruction du Temple, la déportation à Babylone de l’élite religieuse et politique juive- un courant de pensée prend naissance parmi les déportés juifs pour répondre à la question : pourquoi une telle catastrophe est-elle arrivée ? Pour les sensibilités religieuses de l’époque la réponse qui paraît la plus adéquate est celle-ci : c’est parce que le Peuple n’a pas été fidèle aux commandements de Dieu, à l’Alliance que ce dernier av ait nouée avec le Peuple. C’était une punition de Dieu. C’est la thèse défendue par cette école de pensée que les spécialistes en études bibliques appellent « l’Ecole Deutéronomiste » Cette façon de voir les choses peut nous paraître discutable car depuis cette époque nous avons pris conscience, à la suite de la révélation de Jésus que Dieu est un Père et donc Il ne peut vouloir le malheur de ses enfants. La plupart des maux dont l’homme est victime sont la conséquence du mal que les hommes se font entre eux.

Ce livre de l’Exode fait partie de cette école de pensée. Il a été rédigé à partir des vieilles traditions sur les origines venues tant du Royaume du Nord (disparu depuis la prise de Samarie en -722) que du Royaume de Judas. Le passage lu ce dimanche est un très ancien code de Lois rédigé probablement à l’époque où le Peuple de Dieu de nomade qu’il était se sédentarise. Il y est question du prêt d’argent. Les lois édictées marquent un progrès considérable par rapport à ce qui se pratiquait à l’époque. L’esprit qui anime ces lois : respect du pauvre, de la veuve, de l’orphelin sera le même esprit qui animera la prédication de Jésus. Cela nous concerne donc aujourd’hui…

Psaume 17

Ce psaume fait partie d’un ensemble de psaumes dits « royaux » parce qu’ils glorifient des rois à l’occasion de leur sacre, avant une guerre ou après, en cas de victoire…

Plus tard en verra dans ces psaumes une visée messianique, en particulier à la suite des déceptions dues à la médiocrité des rois d’Israël comme de Judas .

Les versets retenus sont mis dans la bouche du pauvre : les pauvres sont les préférés du Seigneur. N’oublions pas non plus que Jésus lui-même qui a été le Pauvre par excellence a prié ces psaumes.

Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 22, verset 34 à 40

Nous sommes toujours au cours de cette dramatique dernière semaine de la vie de Jésus. Ce sont là ses dernières confrontations avec les différentes autorités en particulier religieuses. Ces dernières cherchent à le prendre en faute afin d’avoir un prétexte pour le condamner. La question de savoir quel était le plus grand commandement était une question fort disputée entre les rabbins de l’époque qui étaient loin d’être d’accord entre eux.. La réponse de Jésus est sans faille. Il s’appuie sur deux textes de l’ancien testament. Le premier est pris au fameux « schéma, Israël » « écoute, Israël » (livre du Deutéronome chapitre 6, 5). Il faut nous rappeler que pour l’hébreux, le « cœur » c’est la personne elle-même comme puissance vitale ou ce que nous appelons « l’âme ». La seconde citation est tiré du livre du Lévitique (chapitre 19, 18). Ce que Jésus affirme avec force c’est l similitude entre les deux commandements. Autrement dit on ne peut aimer Dieu qu’en aimant son « prochain ». En cela, Jésus est fidèle au Dieu qu’Il nous révèle lorsqu’il nous apprend à prier « Notre Père… »

Relisez ce que st Jean nous dit dans sa première lettre, au chapitre 4, versets 20-21. C’est le même esprit qui animait la première lecture.

Seconde lecture : Première Lettre aux Thessaloniciens Chapitre 1, versets 5c à 10

Nous continuons la lecture commencée dimanche dernier. Paul a bien des raisons de rendre grâce : les Thessaloniciens ont bien accueilli sa prédication : la Parole de Dieu a donné du fruit. Mais de plus leur communauté est devenue un modèle pour toutes les églises de la région

Attention à bien comprendre la « colère » dont il est question. La « colère » de Dieu est une façon de dire l’énorme déception de Dieu devant le refus des hommes d’accepter son message d’amour.

homelie

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter