Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-2eme-dimanche-du-temps
        Textes du 2ème dimanche du temps ordinaire

Textes du 2ème dimanche du temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Jusqu’au dimanche 10 février nous serons dans ce temps dit « ordinaire ». Nous reprendrons la suite de ces dimanches « verts » le dimanche 9 juin. Ce temps « ordinaire » c’est ce temps où nous sommes invités à vivre au quotidien de nos vies souvent…ordinaires, les réalités évangéliques.

Première lecture : Lecture du livre d’Isaïe, Chapitre 49, versets 3, 5 & 6

Cette brève lecture est tirée du second livre d’Isaïe, le livre de « la Consolation » (chapitres 40 à 55). Elle est prise au premier des cinq poèmes consacrés à un mystérieux serviteur. On se rappelle que son auteur est un disciple lointain du prophète Isaïe qui veut apporter à la communauté des fils d’Israël déportés à Babylone un message d’espérance.

Ce « serviteur » est difficile à identifier : personnification du « petit reste » du peuple d’Israël demeuré fidèle ou personnalité prophétique ? Les chrétiens ont vu en ce serviteur l’annonce lointaine du Messie. Les versets retenus annonce la lecture de l’évangile de ce dimanche. Jésus lui-même a repris à son compte ce titre de « serviteur ». Comme ce mystérieux serviteur est appelé à une mission bien précise, Jésus à son baptême prend conscience que son Père l’appelle à être lumière pour le monde.

Psaume 39

Jésus priant ce psaume exprimait sa totale disponibilité à la volonté de son Père. Puissions, nous aussi, faire nôtres ces versets.

Lecture de l’Evangile selon saint Jean, Chapitre 1, versets 29 à 34

Les versets 19 à 34 constitue le double témoignage de Jean-Baptiste au sujet du baptême de Jésus. Nous lisons ce dimanche le second.. A l’époque où Jean rédige son évangile des sectes baptistes se réclamaient du baptême de Jean-Baptiste. Il ne faut jamais oublier que les évangiles on été rédigés quelques 50 ou 60 ans après la mort et la résurrection de Jésus, c’est à dire après les événements fondateurs du christianisme. Les chrétiens qui recevaient l’évangile vivaient dans la foi en la présence actuelle et réelle de Jésus ressuscité au milieu d’eux. L’évangéliste insiste donc sur le fait que Jean-Baptiste n’est pas le Messie ni la Lumière. Le Baptiste est seulement le témoin, la voix qui crie dans le désert. Seul le baptême au Nom de Jésus a une valeur rédemptrice car seul, Jésus est l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. C’est par une manifestation de Dieu exprimée au moyen d’images conventionnelles : voix venant du Ciel, nuée, colombe, ou théophanie, théophanie qui lui est propre, que le Baptiste « reconnaît » Jésus.

La colombe nous renvoie au début du livre de la Genèse manifestant l’Esprit de Dieu planant sur les eaux pour les féconder. Il y a aussi une allusion à la colombe lâchée par Noé au déluge : l’humanité détruite par ce déluge. est restaurée, annonce de l’humanité nouvelle que Jésus restaurera définitivement par son Sang.

Seconde lecture : Première lettre de st Paul aux Corinthiens, Chapitre 1, versets 1 à 3

Nous lirons des extraits de cette lettre durant les 4 dimanches à venir. La communauté de Corinthe a été fondée par Paul au cours de son second voyage. Après avoir fondé un certain nombre d’églises dans l’actuelle Asie Mineure, Paul est passé en Europe. Il a évangélisé les Philippiens puis les Thessaloniciens. Après un échec à Athènes il est arrivé à Corinthe où il séjourne environ un an et demi vers les années 50. Relisez dans le Livre des Actes des Apôtres le chapitre 18. Maintenant à Ephèse, Paul garde contacte avec cette communauté qui lui était chère. Il est probable que Paul a adressé plusieurs lettres à cette église qui est à Corinthe. La seconde lettre serait une compilation de plusieurs de ces lettres. Par contre celle dont nous lisons des passages forme un tout homogène. Elle est datée des années 55.

Ces lettres nous donnent de précieux renseignements sur ce que vivaient les premières communautés chrétiennes.

La lecture de ce dimanche est la salutation adressée par Paul a ses correspondants. D’emblée Paul se proclame « apôtre du Christ Jésus », titre qu’il revendiquera souvent dans ses lettres. Il veut justifier le caractère légitime de son apostolat. En effet son autorité d’apôtre du Christ lui était contestée par plusieurs car il n’était pas apôtre selon les critères fixés par les apôtres eux-même après l’ascension du Seigneur selon les Actes des Apôtres au chapitre 1, 22.

Il est apôtre par vocation, par appel particulier de Jésus sur le chemin de Damas au cours de cette rencontre qui a bouleversé sa vie. ( lire Actes 9…)

C’est à nous que Paul s’adresse, nous qui sommes « l’église qui est à Sceaux… » Prenons le temps de méditer chaque mot du verset 2. Le mot « « église » a un sens bien précis : c’est une assemblée de personnes qui ont été convoquées et qui répondent donc à un appel. Israël avait été convoqué par Dieu au Sinaï comme nous le rapporte le livre du Deutéronome au chapitre 4, 10. Aujourd’hui, nous sommes convoqués par le Christ ressuscité…

homelie

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017

newsletter