Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-2eme-Dimanche-de-Careme,249
        Textes du 2ème Dimanche de Carême

Textes du 2ème Dimanche de Carême

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Première lecture : Livre de la Genèse, chapitre 15, 5 à 12 & 17-18.

L’histoire d’Abraham est notre histoire. Sa foi est le prototype de la foi de tout croyant. Comme Abraham Dieu nous appelle car Il appelle qui il veut mais cet appel est toujours en vue d’une mission.

Le lectionnaire fait commencer notre lecture au verset 5. C’est dommage ! Les versets 1 à 4 sont importants. Tout d’abord un appel à la confiance : « Ne crains pas » dit Dieu à Abraham et Il lui promet une descendance. Entendons pour nous ce « Ne crains pas ! ».

Le verset 6 est capital : « Abraham eut foi dans le Seigneur, et le Seigneur estima qu’il était juste. Il faut comprendre le mot « juste » dans le sens qu’Abraham était totalement comme ajusté à Dieu, en plein accord avec Sa volonté. Jusqu’à ce jour Abraham était un homme religieux : il rendait un culte à Dieu et dressait des autels. Il est maintenant un homme de foi : il écoute la parole, il est en dialogue avec Dieu qui lui promet à la fois une descendance et un pays. Saint Paul au chapitre 4 de la lettre aux Romains que c’est par notre foi que nous devenons à notre tour des justes.

Dieu va s’engager d’une façon unilatérale vis à vis d’Abraham à travers un rite sacrificiel qui était habituel à l’époque. Quand deux personnes s’engageaient mutuellement on partageait des animaux et ont passait entre… Cela voulait dire : « Qu’il m’arrive ce qui a été fait à ces animaux si je ne respecte pas mon engagement. » Dans notre récit, Dieu seul passe entre les animaux partagés en deux. Il passe sous la forme d’un brasier et d’une torche, c’est à dire sous le symbole de la lumière. Dans la bible la lumière renvoie toujours à Dieu. Jésus dira : « Je suis la lumière du monde. ». Remarquons que dans ce récit c’est Dieu qui a l’initiative. C’est toujours comme cela dans nos relations avec le Seigneur ou avec Jésus, comme par exemple dans les sacrements.

Le carême est bien un temps privilégier pour reprendre conscience de l’amour que Dieu nous porte ?

Psaume 26.

Ce psaume de confiance évoque la foi d’Abraham. Il nous renvoie également à l’Evangile où nous contemplerons la face du Seigneur Jésus. Chaque verset de ce psaume peut nourrir notre prière.

Seconde lecture : Lettre de Saint Paul aux Philippiens. Chapitre 3,17 à chapitre 4,1.

Ce passage a été choisi à cause du verset 21 : « Lui (le Christ) transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux.

Le premier verset de notre lecture peut nous paraître présomptueux de la part de Paul. Il faut lire tout le début de ce chapitre 3 où Paul reconnaît tout le travail que le Christ a opéré en lui.

Nous sommes déjà glorifiés ou transfigurés par notre baptême mais ce que nous sommes n’est pas encore réalisé, tant s’en faut ! Il nous faudra, comme le Christ passer à travers la mort. Aujourd’hui nous cheminons à la suite de Jésus avec nos pesanteurs…Le dernier verset du psaume est bien pour nous : « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage, espère le Seigneur.

Lecture de l’évangile selon saint Luc. Chapitre 9 versets 28 à 36.

Ce récit se situe entre la profession de foi de Pierre à Césarée, la première annonce de la Passion et une seconde annonce de cette Passion. Le récit de la transfiguration selon Saint Luc comporte en particulier deux précisions qui lui sont propres : au verset 28, la mention de la prière et au verset 31, Luc nous précise que Moïse et Elie parlaient avec Jésus de son « exode » (son départ) qui se ferait à Jérusalem.

Luc est le seul à nous dire que Jésus prie dans tous les moments importants de sa vie publique : à son baptême (3,21), au moment de choisir ses apôtres(6, 12), quand il apprend aux siens le « Notre Père »(11, 1), au cours de son agonie (22,32).

La mention de la parole du Père « Ecoutez Le » est capitale aujourd’hui pour nous qui sommes ses disciples. Cette parole du Père confirme ce qui avait déjà été dit au moment du baptême de Jésus. Si la présence de Moïse et d’Elie est soulignée c’est parce que l’un et l’autre ont eux aussi rencontré Dieu sur la montagne, celle de l’Horeb ou du Sinaï. (Livre de l’Exode, 19, 23 et 1er livre des Rois, 19, 9).

Dans notre marche vers Pâques le récit de la transfiguration nous appelle à une écoute de la Parole (comme Abraham) pour entrer dans le mystère de Dieu. L’identité de Jésus nous est révélée par Dieu le Père, Lui-même : « Celui-ci est mon Fils. ». Cette vision de la gloire de Dieu nous annonce la résurrection. Jésus en est comme revêtu passagèrement avant de l’être définitivement dans la résurrection, mais il lui faudra vivre son « Exode » à Jérusalem.

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter