Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-27e-Dimanche-du-Temps
        Textes du 27e Dimanche du Temps ordinaire

Textes du 27e Dimanche du Temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre d’Isaïe, Chapitre 5, versets 1 à 7

Israël était un peuple de cultivateurs : le blé, l’olivier et la vigne étaient l’essentiel de leurs productions comme dans tout le bassin méditerranéen. C’est avec des images de ce qui faisait leur quotidien que les prophètes enseignent le peuple de Dieu. Le thème de la vigne a été un des plus utilisés.

Le vigneron ( Dieu) avait fait tout ce qu’il pouvait faire pour sa vigne, il en attendait de beaux raisins : comprenez le respect du droit et de la justice par son peuple qui est sa vigne chérie. Or cette vigne ne donne que des fruits d’injustice, d’idolâtrie, du verjus… Le psaume nous précise d’où vient cette vigne : le Seigneur l’a prise de l’Egypte ! Allusion évidente au livre de l’Exode qui nous rapporte comment Dieu a libéré son peuple de l’esclavage.

La culture de la vigne demande des soins attentifs et tout un savoir-faire ; de ce fait, il se crée entre le vigneron et sa vigne une relation affective.. La déception est à la mesure des efforts fournis et des liens affectifs noués entre le vigneron et sa vigne. Ce qui explique cette sorte de rage que met le vigneron déçu à tout détruire.

En filigrane c’est toute l’histoire d’Israël qui est évoquée si souvent envahie et saccagée par les puissances étrangères : Peuple élu, choyé de Dieu mais qui ne cesse de se tourner vers les faux dieux et les idoles.

Le psaume et l’évangile vont reprendre ce thème de la vigne.

Psaume 79

Ce psaume date de l’époque où l’élite du peuple de Dieu était déportée à Babylone. Israël était dans une situation désespérée : plus de roi, plus de terre, plus de temple ! De l’ensemble du psaume le lectionnaire n’a retenu que les versets évoquant le thème de la vigne. Que Dieu qui a tiré son peuple de l’esclavage de l’Egypte (1ère strophe) agisse en faveur de son peuple humilié (3ème strophe). A cette nouvelle intervention de Dieu le peuple répondra par sa conversion (4ème strophe). L’histoire du peuple de Dieu est notre histoire…

Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 21 verset 33 à 43

Nous sommes au cours de la dernière semaine que Jésus vit à Jérusalem marquée par une série d’affrontements avec les autorités. Elle se terminera par l’institution de l’eucharistie, la passion la mort et la résurrection du Seigneur. L’autorité de Jésus est contestée ( Matthieu 21, 23 à 27). Jésus répond par trois paraboles. Nous avons lu la première dimanche dernier. Aujourd’hui, nous lisons la seconde : la parabole des vignerons homicides.. Isaïe ( 1ère lecture) avait comparé Israël à une vigne tendrement soignée par Dieu mais qui, au lieu de beaux raisins n’avait donné que du verjus. Le début de la parabole reprend le texte d’Isaïe. C’est clair, la vigne dont il s’agit ici est bien Israël et ce sont ses chefs qui sont visés par Jésus.

Les fruits attendus par le Maître (Dieu) sont les actes de conversion, des actes qui manifestent l’amour que l’homme donne en réponse à l’amour offert par Dieu, sa fidélité à l’alliance. La parabole souligne les étapes du refus du peuple de Dieu :

  • D’abord les serviteurs c’est à dire les prophètes ; dans le passé ce refus avait déjà été condamné. Ainsi au 3ème avant J.C. Néhémie notait ( Livre de Néhémie 9, 26) " Révoltés contre Dieu, ils jetèrent la Loi derrière leur dos, tuèrent les prophètes qui les avertissaient pour les ramener à Toi… "
  • Ensuite Dieu envoie son FILS. Il sera tué hors de la vigne comme Jésus sera crucifié hors de la Ville. La condamnation décidée aux versets 4O & 41 se réalisera au cours de la tragédie des années 70 : Jérusalem incendié, le Temple rasé. A la question posée par Jésus au sujet du sort des vignerons, on lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne à d’autres vignerons qui en remettront le produit ( les fruits) en temps voulu. Pour les destinataires de l’évangile qui vivent après les années 80 c’était très clair.

Et ces mêmes auditeurs sont invités à se reconnaître dans « les autres vignerons ».

Au terme de cette parabole Matthieu reprend une citation du Psaume 118 : « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs (Israël) est devenue la pierre d’angle. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille pour nos yeux. » L’église va prendre le relais de la mission confiée à Israël. Puisse-t-elle être fidèle ! Nous avons tous aujourd’hui à relever le défi : produire du fruit et un fruit qui demeure. Relisez dans Saint Jean, au chapitre 15, l’allégorie de la vigne.

Seconde lecture : Lettre de st Paul aux Philippiens Chapitre 4, versets 6 à 9

Nous savons que la seconde lecture nous donne chaque dimanche des extraits de différentes lettres de Paul : actuellement nous lisons des passages de la lettre aux Philippiens.. Le chapitre 4 de cette lettre en est la conclusion. Il se trouve que les versets lus ce dimanche sont comme un appel à donner du fruit… Prenons donc le temps de les méditer pour les transposer dans notre vie quotidienne.

homelie

newsletter