Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-26e-Dimanche-du-Temps
        Textes du 26e Dimanche du Temps ordinaire

Textes du 26e Dimanche du Temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre d’Ezéchiel, Chapitre 18, versets 25 à 28

Le ministère du prophète Ezéchiel se déroule à une des périodes la plus sombre de l’histoire du Peuple d’Israël : avant et après la prise de Jérusalem, la destruction du Temple et la déportation de l’élite du peuple de Juda à Babylone en 587. En fait, il y eut deux déportations successives : une première en 598 qui précéda celle de 587. Ezéchiel qui était prêtre au Temple de Jérusalem fit partie de la première. Il est par excellence le prophète de l’espérance.

Comme tous les autres prophètes, il dénonce le péché du peuple de Dieu. Offrir des sacrifices accomplir des rites, est un mensonge si en même temps on ne respecte pas l’autre, si on pratique l’injustice et la violence. Dans sa prédication, Ezéchiel insiste sur la responsabilité personnelle de chacun. Dieu ne veut pas la mort du pécheur car le Dieu d’Israël est le Dieu de la Vie. Ce que Dieu veut c’est la conversion personnelle de chacun pour qu’il vive.

Cet appel à la conversion personnelle et à la responsabilité nous prépare à l’écoute de l’évangile de ce dimanche.

Psaume 24

Comme dimanche dernier ce psaume qui est une prière de supplication est un psaume dit « alphabétique », chaque verset commençant par une lettre de l‘alphabet. C’est le psaume tout entier qu’il faudrait prier en se souvenant que ce psaume a nourri la prière de Jésus . Il a bien sa place dans la cohérence des textes bibliques qui nous sont proposés ce dimanche.
Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 21 verset 28 à 32.
Entre l’évangile lu le 25ème dimanche et celui que nous lirons le 26ème dimanche il s’est passé beaucoup de choses : Jésus est arrivé enfin à Jérusalem tel un Roi humble monté sur un ânon. Il a expulsé les vendeurs du Temple. Le lendemain il retourne au Temple où il va vivre une série d’affrontements avec les diverses autorités. C’est déjà son procès qui est commencé !

Trois temps dans cet affrontement avec les autorités :

  1. la contestation de son autorité par les Juifs amène Jésus à prononcer trois paraboles de jugement sur Israël. Nous allons lire la première ce dimanche.(21,2 3 à 22,14)
  2. 4 controverses avec les Pharisiens et les Sadducéens.(22,15 à 46)
  3. une attaque en règle contre les Scribes et les Pharisiens.(23, 1 à 36) Ces trois temps se terminent par une poignante apostrophe à l’adresse de Jérusalem(23,37-39).

Jésus avait donc expulsé les vendeurs du Temple. Le lendemain, à son arrivée sur l’esplanade il est pris à parti par les chefs des prêtres et les anciens qui lui demandent par quelle autorité s’est-t-il permis d’agir ainsi ? Jésus répond en leur posant à son tour une question au sujet du baptême de Jean Baptiste. Question qui les met dans l’embarras. Relisez dans le chapitre 21 les versets 23 à 27, versets qui précèdent notre lecture. Jésus va démasquer les chefs des prêtres à partir de trois paraboles : celle des deux enfants, celle des vignerons homicides et celle des invités au repas de noce.

La parabole des deux enfants. (évangile de ce dimanche.)

Le premier des deux enfants qui commence par dire « non » et qui ensuite s’exécute vaut, bien sûr, mieux que celui qui dit « oui » mais qui ensuite n’en fait rien ! Ce sont nos actes qui nous jugent et les interlocuteurs de Jésus ne peuvent qu’en convenir. Mais cet aveu se retourne contre eux : les publicains et les prostituées qui ont cru au message de Jean-Baptiste vont prendre la place dans le Royaume nouveau de ceux qui pensaient y avoir droit parce qu’ils étaient les membres du Peuple de l’Alliance. Les premiers ont essayé, vaille que vaille, de faire la volonté du Pères, les derniers ne l’ont pas fait. Ils ont laissé passer toutes leurs chances !

Tel le « méchant » de la première lecture celui qui a commencé par dire « non » revient sur sa parole et acquiesce à la volonté de son père. Déjà Matthieu avait dit au chapitre 7,21 : « ce n’est pas celui qui dit « Seigneur, Seigneur… » qui entrera dans la Royaume mais celui qui fait la volonté de mon Père. » Dans la prière du « Notre Père » Jésus nous invite à prier en disant : « …que ta volonté soit faite… » Ce sera sa propre prière à Gethsémanie. Et on peut penser à la réponse de Jésus (chapitre 12,46- 50) à Marie et à sa famille qui cherchaient à le voir : « Qui est ma mère et qui sont mes frères ? celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux.. »

Seconde lecture : Lettre de st Paul aux Philippiens, Chapitre 2, versets 1 à 11

Pour l’essentiel ce texte est lu tous les ans au jour des Rameaux.

Paul a dû être informé que dans l’église de Philippe il y avait des tensions et des divisions. Il les invite à changer de comportement. Vivez à la manière de Jésus. On ne peut pas ne pas penser à la réponse que Jésus avait faite à la demande de la mère des fils de Zébédée (Matthieu , 20,20 – 28) « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. ».

Tout en restant pleinement Dieu, Jésus par son incarnation se vide en quelque sorte de tout esprit de supériorité pour être pleinement homme et qui plus est serviteur. Pensez aux chants d’Isaïe sur le serviteur . En voici les références : Isaïe chap. 42, 1 à 8 – 50, 4 à 11- 52, 1 à 7. Dieu avait crée les hommes semblables à lui-même. En se faisant homme Dieu se fait semblable à eux et il ne peut être que serviteur et donner sa vie par excès d’amour. [1]

Il est probable que les versets 6 à 11 était une sorte d’hymne liturgique utilisée dans les liturgies de la primitive église.

Notes

[1Cet abaissement de Dieu en l’homme Jésus est exprimé par la théologie par un mot technique que vous pourrez rencontrer dans certains commentaires. C’est le mot « kénose » .

homelie

newsletter