Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-24eme-dimanche-du-Temps,226
        Textes du 24ème dimanche du Temps ordinaire

Textes du 24ème dimanche du Temps ordinaire

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Le Dieu que nous révèle Jésus Christ est un Dieu qui aime l’homme et qui lui offre sans cesse son pardon. Il est ce Père miséricordieux dont la conduite nous déroute. Le Premier Testament avait déjà pressentit ce mystère comme nous le dit la 1ère lecture.

Première lecture : Lecture du livre de l’Exode, chapitre 32, versets 7 à 11 et 13-14.

L’épisode du veau d’or est dans toutes les mémoires. Il nous faut bien comprendre le sens de la « colère » de Dieu devant le péché de son Peuple. C’est un anthropomorphisme : on prête à Dieu les sentiments que nous aurions si nous étions confrontés à une situation identique : ainsi, vous avez tout fait pour un ami et cet ami vous trahit… quelle serait votre réaction ? La colère, la déception… C’est ainsi que l’on prête à Dieu une réaction identique. Mais Moïse a un tel sens de la grandeur et de la miséricorde de Dieu qu’il ne cherche pas à excuser son Peuple. Il fait appel à la fidélité de Dieu : Dieu ne peut pas se renier Lui-même est détruisant son Peuple…Dieu est Dieu et Moïse fait appel à la tendresse de Celui qui avait libéré son Peuple de la servitude qu’il avait connue en Egypte : cette servitude est l’image de la servitude dans laquelle nous tient le péché.

Il est important de bien comprendre de quelle idolâtrie il est question ici : non pas dans le sens où on déifie une réalité humaine : l’argent, la race, le sexe… Le péché qui est reproché à Israël est d’avoir voulu enfermer la divinité dans une forme humaine et de pouvoir ainsi utiliser d’une façon magique la puissance divine… Au verset 11 le dialogue avec Dieu rappelle l’autre dialogue du père (Dieu) avec son aîné dans l’évangile de ce jour.

Psaume 50.

Il est bon de nous rappeler à propos de quelle situation de péché a été composée cette merveilleuse prière de pénitence. Le roi David avait lourdement péché en faisant périr Uri, l’époux de Bethsabée pour prendre cette dernière comme épouse (2ème livre de Samuel, 11, 2….) Les versets choisis pour ce dimanche serait à méditer dans la prière…

Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc, chapitre15, versets 1 à 32.

Le comportement de Jésus est le comportement même de Dieu lorsqu’en Jésus, il prend visage humain. Par les trois paraboles de ce chapitre 15, Jésus répond aux critiques dont il est l’objet de la part des Pharisiens et des Scribes. Jésus met en valeur une autre conception de Dieu : celle d’un Père qui redonne au plus jeune toute sa dignité et invite son aîné à se situer en vérité et devant son père dont il a tout reçu et devant son frère dont il est solidaire : ils sont tous les deux les enfants d’un même père. Jésus mangeant avec les publicains et les pécheurs annonce le repas des temps nouveaux auquel nous serons tous admis gratuitement, sans aucun mérite de notre part…Le repas eucharistique en est la préfiguration !

Vous remarquerez que ce que le père redonne à son fils est ce qui nous est donné au baptême : la robe baptismale, notre entrée dans l’alliance nouvelle symbolisée par l’anneau et l’invitation pressante à participer au repas eucharistique !

Vous remarquerez aussi la progression entre les trois paraboles : 1 brebis sur 100, une pièce sur dix, 1 fils sur deux … chaque personne humaine n’a-t-elle pas un prix infini pour Dieu ? Remarquez enfin le dialogue entre le père et son fils aîné. Au « ton fils » de l’aîné, le père répond par « ton frère… » Oui, nous sommes tous solidaires, enfants d’un même Père qui est aux Cieux.

Seconde lecture : Lecture de la 1ère lettre de St Paul à Timothée. Chapitre 1, versets 12 à 17.

Vous savez que la première lecture est toujours choisie en fonction de l’évangile du jour. La seconde lecture veut nous donner tout au long des dimanches du temps ordinaire des extraits en particulier des lettres de Saint Paul et des autres lettres du nouveau testament. Il arrive parfois qu’il y ait un lien direct avec les deux autres lectures. Tel est le cas pour ce dimanche où nous commençons la lecture de cette première lettre à Timothée. Le cas de Paul illustre bien le message de l’évangile. Saint Paul avait écrit aux Romains (lecture aux Romains, 5, 20…) : « Là où le péché avait abondé, la grâce a surabondé. » C’est par le Christ que cette grâce nous est donnée : « Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs… » Lisons-nous au verset 15 de notre lettre. Nous sommes rendus justes d’une façon absolument gratuite de la part de Dieu… A cet amour gratuit de Dieu Notre Père pour chacun de nous, répondons avec courage en vivant ce que nous sommes par notre baptême. Au moment où toute la vie paroissiale se remet en route le message des trois lectures qui nous sont proposées ce dimanche a toute son actualité.

homelie

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter