Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-15eme-Dimanche-du-temps
        Textes du 15ème Dimanche du temps ordinaire

Textes du 15ème Dimanche du temps ordinaire

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première Lecture : Livre d’Amos Chapitre 7, versets 12 à 15.

La première lecture est toujours choisie en fonction de l’évangile du jour. Ce jour, nous allons lire la suite du chapitre 6 de st Marc dont nous avons commencé la lecture dimanche dernier. Il y sera question de la mission des Douze. Ce passage du livre d’Amos évoque la vocation du prophète. C’est toujours Dieu qui est à l’origine d’une telle vocation. Bien qu’originaire de la Judée - Teqoa est un village proche de Bethléem – Amos va prêcher dans le royaume du Nord. Le début du chapitre 7 du livre d’Amos, nous donne des échos des menaces proférées contre le royaume du Nord où sévit la corruption des nantis et de ceux qui exercent un pouvoir religieux, politique ou judiciaire. Que vient faire dans ce sanctuaire du Royaume du Nord ce trublion ? « Hors d’ici, tu n’es pas à ta place ici, retourne chez toi ! » lui fait comprendre le prophète du sanctuaire de Béthel Amazias La réponse courageuse du prophète est claire : « C’est Dieu qui m’a envoyé ! » Depuis la mort de Salomon, le Royaume du NORD était séparé du petit royaume de Judas. Les habitants de cette Province riche par rapport à l’autre y menaient une vie en contradiction avec les principes de l’Alliance. Dieu ne tient pas compte de cette scission. : C’est tout Israël qui est son Peuple.

Le prophète est toujours appelé par Dieu de qui il reçoit sa mission. Sa parole n’est pas la sienne, mais celle de Dieu : c’est ce que nous rappelle cette lecture.

Psaume 84.

Ce psaume date probablement de l’époque du retour des exilés à Babylone. Si Dieu est le créateur et le père de tous les hommes, Il ne peut être qu’un Dieu qui veut rendre la vie possible entre tous les hommes. Il est donc le Dieu de la justice et de la paix. Il est la source de la vérité et de l’amour.

« J’écoute (le prophète) ce que Dieu veut dire qui parle (par le prophète) » Etymologiquement le prophète est celui qui porte la parole d’un autre, qui parle pour un autre.

Evangile de Jésus-Christ selon st Marc, Chapitre 6, versets 7 à 13.

Jésus est ressuscité. Aujourd’hui c’est aux disciples (hier les apôtres, aujourd’hui chacun de nous selon notre place dans notre communauté - église) de prendre le relais de Jésus. Jésus a été le « prophète » par excellence : par le baptême et par le sacrement de l’ordre nous participons à cette mission prophétique de Jésus. Nous sommes et appelés et envoyés. Il nous faut partir et c’est urgent. « Deux par deux » car un témoignage n’est valable selon la Loi que confirmé au moins par deux témoins (Deutéronome 19, 15.). Le refus par les hommes est prévisible : Jésus n’avait-il pas été refusé par les habitants de Nazareth ?

Marc est le seul des évangélistes à parler de l’onction aux malades ? Invitation à penser à notre rôle dans la pastorale du sacrement des malades.

Seconde lecture : Seconde lettre aux Ephésiens Chapitre 1, versets 3 à 14.

Cette lettre est probablement une sorte de lettre encyclique adressée par un disciple de Paul aux églises de la région. Nous en lirons des extraits jusqu’au 21ème dimanche ordinaire.

Il est évident que Dieu ne peut réaliser son « rêve » d’amour sur le monde que par notre intermédiaire : Nous sommes les mains, les yeux, le cœur de Dieu. La prédestination que semble défendre ce texte est en fait lié à la liberté de l’homme et donc à sa responsabilité : à lui d’accepter ou de refuser l’appel du Seigneur. Il importe de bien comprendre ces expressions « Ils nous a choisis », « Ils nous a d’avance prédestinés », « en Lui (Jésus), Dieu nous a d’avance destinés à devenir son peuple »… Cela dépend de notre acceptation ou de notre refus.

Vous aurez noté l’insistance du rédacteur sur la référence au Christ – au moins 7 fois dans ce passage. Jésus est vraiment Celui par qui Dieu veut faire ce monde nouveau dans une nouvelle alliance, qu’Il scellera dans son propre sang versé sur le bois de la croix.

Cette introduction est un modèle de la prière juive qui commençait toujours par des « bénédictions » mais ici est souligné très fortement l’universalité de la bénédiction.

Le passage lu aujourd’hui a une structure trinitaire :

  1. notre élection par le Père (1, 4 à 6)
  2. notre rédemption par Jésus (1, 7 à 12)
  3. l’œuvre de l’Esprit Saint (1, 13 à 14).

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter