Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-13eme-dimanche-du-Temps,224
        Textes du 13ème dimanche du Temps ordinaire

Textes du 13ème dimanche du Temps ordinaire

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Dans la suite des dimanches du « Temps ordinaire », nous nous étions arrêtés au 8ème dimanche, juste avant le mercredi des Cendres. Nous reprenons les liturgies de ce temps avec le 13ème dimanche. Au cours des lectures des dimanches précédents nous avons continué de lire l’évangile selon St Luc. Du chapitre 6, 45 au chapitre 9 50, Jésus a poursuivi son ministère en Galilée. Si vous en avez le temps, lisez ces chapitres. Il s’est passé des choses importantes et les dernières sont : la multiplication des pains, la profession de foi faite par Pierre, la transfiguration, la guérison d’un enfant épileptique et une seconde annonce de la passion. Avec la seconde lecture, celle de la 1ère lettre aux Corinthiens a été terminée et on a commencé de lire la lettre aux Galates que nous prenons ce dimanche au chapitre 5. Là aussi, il serait bon de lire les chapitres précédents.

Première lecture : Premier livre des Rois, chapitre 19, versets 16b et 19 à 21.

Il faut se rappeler que la première lecture est toujours prise en lien avec l’évangile. Il est bon de lire ce dernier avant de lire notre lecture. Les deux livres des Rois ont connu plusieurs rédactions successives pendant et après la captivité à Babylone (587-538) Ces livres ont été rédigés dans le même esprit que le livre du Deutéronome. C’est une histoire « sainte ». La vocation du prophète Elisée préfigure les nombreux récits de vocation qui se trouvent dans le nouveau testament. Ce dimanche, trois !

Comme Moïse, David, Samuel, Amos, c’est au cours de ses occupations quotidiennes qu’Elisée est appelé ; et c’est d’une façon imprévisible ! Elie, en signe de cet appel par Dieu lui lance son manteau. Le vêtement a quelque chose à voire avec la mission et il semble posséder une part de la puissance de celui qui le porte. Ainsi la femme de l’évangile cherchera à toucher le manteau de Jésus pour être guérie (Luc 8, 44.) Il ne semble pas qu’il faille voir dans le comportement d’Elisée comme une hésitation coupable. Elie laisse sa liberté à son disciple et celui-ci ne fait qu’accomplir la loi en allant dire adieu aux siens (lire Deutéronome, 5, 16) La traduction du lectionnaire est forcée. On peut lire en réalité : « Vas-y, retourne ! » et paraphraser ainsi la suite : « … de toute façon, sache que tu es libre. » La suite nous montre qu’Elisée accepte son appel et que son engagement est irréversible puisqu’il immole ses bœufs en sacrifice.

Psaume 15.

Ce psaume attribué à David (?) est un psaume de confiance. Le priant choisit d’être au service de Dieu. Il a bien sa place ce dimanche. Qu’il nous aide à remercier Dieu de notre vocation de baptisé. Qu’il nous permette de dire toute notre confiance en ce dieu qui nous appelle et qui nous aime.

Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc, Chapitre 9, versets 51 à 62.

Jésus achève son ministère en Galilée. Il est temps pour lui de prendre la route de Jérusalem. Il sait ce qu’il l’attend ! Le verset 51 est très lourd de sens. Luc utilise le terme d’ enlèvement : c’est un terme qui évoque la glorification du prophète Elie. Ce dernier pour Luc est la figure annonciatrice de Jésus…Littéralement il faut traduire « avec courage » par « il durcit sa face pour prendre la route… » Et cette expression nous renvoie au serviteur souffrant du chapitre 50 d’Isaïe, verset 7 : « J’ai rendu mon visage dur comme pierre. » Le serviteur est une autre image de Jésus.

Ce n’est pas un hasard si Jésus prend la route la plus directe pour Jérusalem en passant par la Samarie. Nous savons que Luc a justement un grand souci de l’évangélisation des païens… Mais les Samaritains, depuis le retour des exilés de Babylone ne faisaient pas bon ménage avec les gens de Jérusalem qui avaient été mal reçu à leur retour d’exile par ceux qui étaient restés sur place et en particulier par les habitants de la Samarie ; d’où un schisme dont on retrouve des traces dans l’évangile de Jean. Voyez le récit de la rencontre avec la Samaritaine. On raconte qu’Elie, lui aussi pour fuir la colère de la reine Jézabel après le massacre des prêtres de Baal au mont Carmel était passé par la Samarie (2 Rois, 1, 9 à 12) Les apôtres se rappellent le feu du ciel dévorant les 50 hommes envoyés par la Reine pour arrêter Elie…

Si Jésus réprimande ses disciples c’est parce que, décidément, ils ne comprennent rien à sa mission. Le nouvel Elie(Jésus) n’est pas l’ancien !

Les trois récits de vocation qui suivent sont pleins de sous-entendus qui renvoient à la première lecture.

Le premier et le troisième récit concernent des disciples qui choisissent de suivre un maître : Jésus. Dans le second, c’est Jésus qui appelle comme Elie avait appelé Elisée. Dans ce second récit, la remarque de Jésus est surprenante. Veut-il dire qu’il y a urgence à annoncer le Royaume… cette urgence a la priorité sur toutes les autres… comme la charité a la priorité sur toutes les autres vertus ?

Dans le troisième récit, il y a encore une référence très claire à cette même première lecture.

Avec la lecture de ce dimanche, nous emboîtons le pas derrière Jésus. Ne sommes-nous pas ses disciples ? Notre vie quotidienne est une marche à la suite de Jésus…

Seconde lecture : Lettre de saint Paul aux Galates. Chapitre 5, versets 1, 13 à 18.

Les chrétiens de cette région d’Asie mineure (le plateau d’Anatolie) sont perturbés par des prédicateurs issus du judaïsme qui veulent les forcer à suivre la Loi et en particulier se faire circoncire. Paul est catégorique : la Loi de Moïse est dépassée. Elle n’a plus de raison d’être car ce n’est pas par l’observance des préceptes de la Loi que l’on peut être sauvé mais par la foi en l’amour de Jésus qui nous sauve et fait de nous des justes. Jésus nous a libérés de l’esclavage du péché manifesté par la Loi… Et Paul souligne que c’est l’Esprit Saint qui opère en nous cette justification : nous sommes devenus des justes, des fils et des filles de Dieu. C’est l’Esprit Saint qui inspire et conduit le disciple de Jésus !

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter