Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-du-11eme-Dimanche-du-Temps
        Textes du 11ème Dimanche du Temps ordinaire

Textes du 11ème Dimanche du Temps ordinaire

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre de l’Exode, Chapitre 19, versets 2 à 5a

Il semble d’après les dires des exégètes que le texte que nous lisons aujourd’hui soit d’une rédaction assez tardive, probablement après la captivité à Babylone. Il faut se rappeler que le Pentateuque ( la Thora juive) a été rédigé après le retour de l’exile à Babylone pour dire sous la forme de récits la foi d’Israël . Les scribes chargés de ce travail ont repris toutes les vieilles traditions orales et écrites venant tant du royaume du nord disparu après la prise de Samarie en 722 que du royaume du sud disparu après la prise de Jérusalem en 587. On peut penser que le choix de cette lecture pour ce dimanche a été dictée par la remarque de Jésus à ses apôtres d’aller en priorité vers « les brebis perdues de la maison d’Israël ». Jésus savait ce que Dieu avait fait pour son peuple :

  • comment il l’avait porté comme sur les ailes d’un aigle, image qu’on retrouve dans le livre de l’apocalypse(12,14). Voire aussi dans le Deutéronome ( 32,11) et l’Exode(19,4)
  • que son peuple ( Jésus était juif !) était un royaume de prêtres, une nation sainte.
  • que cette élection du Peuple de Dieu était en vue d’une mission universelle : dire à tous les hommes que Dieu veut nouer avec eux une alliance d’amour.

L’alliance du mont Sinaï trouvera son achèvement dans la nouvelle alliance que Jésus nouera entre Dieu et toute l’humanité par sa mort et sa résurrection.

Psaume 99

C’est un psaume de louange probablement chanté en entrant dans le Temple pour l’offrande de sacrifices. Il est bien en place dans le contexte des lectures de ce jour. L’alliance que Dieu veut nouer avec toute l’humanité est motivée par son amour.

Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 9 verset 36 à Chapitre 10 verset 8

Nous savons que l’évangile de Matthieu est structuré autour de 5 discours. Le premier est le long sermon sur la montagne des chapitres 5 à 7.. Notre évangile de ce jour introduit le second discours et nous en donne le début. C’est le discours sur la mission.

Notre lecture comporte trois parties :

  1. la fin du chapitre 9 nous dit la raison de la mission : la compassion, la pitié de Jésus pour son peuple. Le thème de la moisson évoque l’idée du jugement final inauguré par la venue de Jésus. Il est le bon pasteur annoncé dans le premier testament ( Ezéchiel 34,23, psaume 22…)
  2. l’appel des 12 , chapitre 10, versets 1 à 4. et leur investiture : Jésus leur donnant pouvoir d’agir en son Nom.
  3. Les versets 5 à 8. Les consignes pour la mission. La première est celle d’aller en priorité « vers les brebis perdues de la maison d’Israël. » C’est d’ailleurs ce que fera toujours st Paul : il commence par aller vers les communautés juives avant d’aller aux « païens ». L’annonce du Royaume sera accompagnée des signes (miracles) qui authentifieront le message des apôtres : ce sont les signes messianiques annoncés par les prophètes ( Isaïe 26, 1 ; 35, 5).

En finale, Jésus rappelle aux apôtres que leur mission ne sera pas le fruit de leurs capacités personnelles mais un don gratuit de Dieu. Aux apôtres d’agir de même… Ils doivent être totalement désintéressés.

Seconde lecture : Lettre de st Paul aux Romains Chapitre 5, versets 6 à 11

Dans les chapitres précédents Paul a montré que c’est uniquement par la foi que nous sommes regardés par Dieu comme des « justes ». Par nous mêmes, que nous soyons juifs ou païens, nous ne pouvons pas mériter l’amour de Dieu qui nous justifie. Son amour, Dieu nous l’offre d’une façon totalement gratuite. L’amour ne s’achète jamais ! C’est ce que nous dit l’apôtre dans la lecture de ce dimanche.

Le sang du Christ fait de nous des justes parce que c’est par amour que Jésus a donné sa vie. Jean nous le dit très bien au chapitre 15 , verset 13 de son évangile.

Il faut bien comprendre de quoi il est question quand on nous parle de la « colère de Dieu ». On prête à Dieu des sentiments humains. Cette « colère » souligne la déception de Dieu devant le refus par les hommes de son amour. Le mal qui arrive aux hommes n’est pas la manifestation de sa « colère » comme si Dieu voulait se venger mais le fruit des désordres introduits par l’homme dans le monde par son péché.

homelie

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter