Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-fete-du-Bapteme-du
        Textes de la fête du Baptême du Seigneur

Textes de la fête du Baptême du Seigneur

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Livre du prophète Isaïe, Chapitre 55, versets 1 à 11.

Nous sommes au dernier chapitre de la seconde partie du livre d’Isaïe. Le titre en est le « livre de la consolation ». Ce disciple du prophète a pour mission de soutenir le moral des Fils d’Israël déportés à Babylone. Le choix de cette lecture pour la fête du baptême du Seigneur Jésus se justifie par les allusions à l’eau, celle du baptême qui est l’entrée dans le peuple de la nouvelle alliance : l’image du festin est traditionnelle dans la littérature biblique pour évoquer cette alliance nouvelle que Dieu veut nouer avec son peuple. C’est en Jésus que se réalise cette nouvelle alliance. Ce repas ne peut pas ne pas nous faire penser au repas eucharistique.

Cette lecture souligne deux aspects du Dieu de la Bible : il est à la fois le « tout autre » : Mes pensées ne sont pas vos pensées) Il est aussi un Dieu qui veut se faire proche de l’homme : « invoquez –le tant qu’il est proche. ».

Soulignons également :
- la gratuité du don de Dieu, la grâce de Dieu ne se mérite pas. Et Dieu seul peut combler toutes nos soifs et toutes nos faims,
- Il y a dans ce texte un appel très fort à nous convertir pour répondre à cet amour.

Cantique de l’Ancien Testament : Isaïe Chapitre 12 versets 2, 4 & 6

Le premier livre du prophète Isaïe, appelé le « livre de l’Emmanuel » parce qu’il annonce que David aura un descendant. Nous venons de fêter la naissance de l’Emmanuel. Antienne est une allusion très claire au baptême par le quel nous sommes incorporés à l’Eglise qui est le Peuple de la nouvelle alliance. Cette antienne nous renvoie au début de la première lecture.

Seconde lecture : Première lettre de st Jean Chapitre 5, versets 1à 9

Le baptême de Jésus annonce le baptême chrétien La mention de l’eau et du sang, redite deux fois renvoie à la mort de Jésus. Paul insistera dans ses lettres sur ce fait, que par le baptême (le sens du mot « baptême » est le « bain ») nous sommes plongés dans la mort et la résurrection de Jésus. La vie de Jésus se déroule entre son baptême : « l’eau » et sa mort sur la croix : le « sang », et lorsque le soldat perce le côté de Jésus il en sort de l’eau et du sang. .. Jésus : dans sa rencontre avec Nicodème (Jean, 3, 5…) dira qu’il faut renaître « de l’eau et de l’Esprit Sain » reprenant ce que Marc fera dire à Jean-Baptiste : ‘Moi, je vous ai baptisés, Lui, vous baptisera dans l’Esprit Saint. ». C’est l’Esprit Saint qui nous fait renaître à la vie d’enfant de Dieu. Relisez le prologue de st Jean. La mention du « sang » peut être lue comme une allusion à l’eucharistie. Le baptême et l’eucharistie ont été très tôt les deux rites pratiqués par les toutes premières communautés chrétiennes : le baptême comme rite d’initiation, l’eucharistie comme rite de rassemblement autour du Seigneur Jésus ressuscité présent au milieu des siens réunis en son Nom.

Lecture de l’Evangile selon saint Marc, Chapitre 1, versets 7 à 11

Les 4 évangiles mentionnent le baptême de Jésus, ce qui plaide en faveur de l’historicité » du baptême de Jésus par Jean-Baptiste et ce qui souligne l’importance accordée au baptême de Jésus par rapport à celui de Jean-Baptiste : Ce qui est bien soulignée dans le récit de Marc. IL semble bien que seul Jésus ait été témoin de la théophanie qui a suivi son baptême. Cette épiphanie de Dieu en la personne de Jésus fait de la fête du baptême de Jésus comme une nouvelle fête de l’épiphanie. La mention de la manifestation de l’esprit Saint renvoie au récit da la création et à celui du déluge mais aussi au récit de la Pentecôte. Avec la venue de Jésus nous sommes dans temps nouveau, puisque Jésus est venu faire toutes choses nouvelles. Notre baptême fait de nous des êtres nouveaux. Le don de l’esprit fait de nous des fils et des filles de Dieu. Nous pouvons dire à notre tour : « Notre Père.. ». Et comme à Jésus le Père nous dit « Tu es mon fils… »

homelie

newsletter