Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-fete-de-la-Sainte,207
        Textes de la fête de la Sainte Trinité

Textes de la fête de la Sainte Trinité

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Tout comme nos frères Juifs et Musulmans nous croyons en un seul Dieu. Mais la révélation chrétienne nous permet d’aller plus loin dans la compréhension du mystère divin. Il faut nous rappeler qu’un « mystère » est une réalité qui ne peut être perçue que par la foi. Dieu n’est pas hautaine solitude. Il est une extraordinaire communion d’amour entre le Père, le Fils dans le don, le partage et l’accueil. Cet amour réciproque du Père et du Fils est quelqu’un : l’Esprit Saint : l’Amour personnifié. Par le don commun du Père et du Fils cet amour rejaillit sur tous les hommes créés à l’image et à la ressemblance de DIEU. Ce mystère d’amour nous concerne dans nos relations interpersonnelles. Une des plus belles icônes de la Trinité est celle peinte au I5ème siècle par le moine russe Roublev qui s’appuie sur ce texte étonnant du livre de la Genèse relatant la rencontre d’Abraham avec trois visiteurs qui sont tantôt trois et tantôt Un : Ce récit est à lire en Genèse 18, 1 à 19.

Première Lecture : Livre du Deutéronome Chapitre 4, versets 32-34 & 39-40.

Ce livre a été écrit après 584, c’est à dire après la prise de Jérusalem et la destruction du Temple. Les auteurs de ce livre composés de 5 discours attribués fictivement à Moïse (en effet Moïse est mort depuis longtemps !) réfléchissent sur les tragiques évènements que vient de vivre le peuple de Dieu, à la lumière desquels ils relisent l’Exode, livre où nous sont contés les évènements fondateurs du Peuple de Dieu. Les versets choisis disent la sollicitude de Dieu pour son Peuple. Qui est ce Dieu ? C’est Jésus qui nous donnera la réponse. Il est comme un Père qui veut sauver son Peuple par cet homme Jésus, à la fois son Fils donc Dieu et homme. Par son Fils le Père nous communique l’Esprit Saint qui est leur amour mutuel et éternel.

Psaume 32.

Ce psaume est un hymne de louange adressé à la Providence divine. Nous pouvons en faire une lecture chrétienne à la lumière de la révélation évangélique. Le Seigneur est Pieu notre Père. Jean nous dira que c ‘est par sa Parole créatrice - le Verbe de Dieu (le Fils)- qu’Il fait tout exister et son souffle (l’Esprit saint) anime toute cette création.

Seconde lecture : Lettre aux Romains Chapitre 8, versets 14 à 17.

Tous les mots portent. Paul fait une analogie avec les relations entre parents et enfants. L’enfant est porteur de ce dynamisme de vie qu’il a reçu de l’amour de ses parents. Il leur ressemble. Il est lui-même une « personne » en relation unique avec ses parents. Mais il a aussi sa propre personnalité qui lui fera vivre d’une façon unique ses relations avec ses parents et ses frères et sœurs : c’est ce qu’on peut appeler « l’esprit de famille ». Par notre baptême dont Paul a parlé au chapitre 6, nous sommes introduits dans la « famille de Dieu » ; nous avons reçu « l’Esprit de la famille de Dieu » ; nous avons donc à vivre dans la fidélité à cet Esprit qui fait de nous des fils et des filles de Dieu, des frères en Jésus avec tous les autres fils de Dieu. Cela suppose que nous soyons morts à toute forme de péchés puisque nous sommes déjà ressuscités avec le Christ. N’oublions pas le sens très fort du mot « abba » qui veut dire « papa » ! A quelle intimité ne sommes-nous pas appelés à vivre avec Dieu Notre Père ! Et de même que l’enfant est l’héritier naturel de ses parents, nous sommes les héritiers de Dieu. Pensons aux promesses faites par Dieu à notre Père commun dans la foi : Abraham. Nous avons à suivre le même chemin que celui suivi par Jésus : passer à travers la mort pour avoir part à sa résurrection.

Evangile selon st Matthieu, Chapitre 28, versets 16 à 20.

N’oublions pas que st Matthieu s’adresse à une église qui vit aux alentours des années 80 même si on peut déceler des passages de son évangile provenant de sources littéraires écrites bien avant les années 80. La précision trinitaire : « baptisez les au Nom du Père… » est unique dans le nouveau testament. Elle est le reflet d’un usage liturgique largement répandu à l’époque où st Matthieu rédige son évangile. Notez la quadruple répétition du mot « tout ». C’est toute l’humanité de tous les temps qui est appelée à entrer dans l’intimité du Père…

« Je suis avec vous » : Jésus est bien l’Emmanuel (Dieu avec nous) annoncé par Isaïe (7, 14)

Et Jésus, le Fils de l’homme a bien reçu tout pouvoir selon la prophétie de Daniel (7, 13 &14).

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter