Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-fete-de-la-Sainte
        Textes de la fête de la Sainte Trinité

Textes de la fête de la Sainte Trinité

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre de l’Exode, Chapitre 38, versets 4 à 6 & 8-9

Ecrits après le retour de l’exile à Babylone, le livre de l’Exode, en reprenant de vieux récits que le Peuple de Dieu, autrefois nomade, gardait en mémoire cherche à exprimer la foi juive par des récits qui sont, non pas des récits historiques, même si en arrière plan on peut discerner des événements d’ordre historique, mais des récits théologiques . C’est une histoire sainte. Elle nous dit la foi juive au 6ème siècle avant Jésus Christ.

La lecture de ce dimanche nous dit que le Dieu qui se révèle à Moïse, dans le prolongement de la vision du buisson ardent, est un « Dieu tendre et miséricordieux » et c’est bien dans ce sens que Moïse prie pour le peuple après cette rupture d’alliance qu’a été l’adoration du Veau d’or : « Tu feras de mon peuple un peuple qui t’appartienne… » autrement dit un peuple qui réponde à l’amour qui est Dieu ( Dieu n’est qu’amour, il ne faut pas l’oublier). Lointain pressentiment que Dieu n’est pas une hautaine solitude dominant le monde de sa toute puissance, mais un Dieu tendre et miséricordieux.

La racine du mot hébreu qui correspond au mot « tendresse » est la même que le mot qui correspond au sein maternel : il s’agit donc d’un amour maternelle qui prend au plus profond de l’être.

La « colère » de Dieu est une façon de dire en creux l’amour passionné de Dieu pour son peuple : le Dieu trois fois saint n’a d’autre désir que de faire participer l’homme à sa propre sainteté et donc à sa vie et à sa joie…

Cantique de l’ancien testament 40

Ce cantique est celui des trois enfants dans la fournaise au Livre de Daniel, chapitre 3, versets 53…. C’est un des ombreux cantiques que l’on trouve dans l’ancien testament. Ici, il prolonge notre contemplation d’un Dieu aimant. Le mot « gloire » correspond en hébreux à l’idée de ce qui donne du poids. Ici, c’est l’amour de Dieu. Rendre gloire à Dieu, c’est reconnaître sa grandeur mais aussi sa proximité agissante…

Seconde lecture : Deuxième lettre aux Corinthiens Chapitre 13, versets 11 à 13

Nous avons ici la finale de cette seconde lettre de Paul aux Corinthiens. En fait, cette lettre est composée à l’aide de plusieurs lettres de l’apôtre qui ont été perdues. Le Dieu d’amour et de paix qui se révèle tout au long des récits bibliques est communion de personnes partageant l’unique nature divine. Le dernier verset a été repris, légèrement modifié par la liturgie.

Lecture de l’Evangile selon saint Jean, Chapitre 3, versets 16 à 18

Ces trois versets sont pris à un ensemble composé des versets 11 à 21.Cet ensemble fait partie du récit de la rencontre de Jésus avec Nicodème. Il n’est pas fait ici mention explicite de l’Esprit Saint mais il en été question aux versets 6 et 8 : « Ce qui est né de l’Esprit est Esprit…ainsi en est-il de tout homme qui est né au souffle de l’Esprit ». Ici, seuls le Père et le Fils sont évoqués, communiant dans un même amour pour le monde. C’est aujourd’hui que nous avons à choisir pour ou contre Dieu ; c’est aujourd’hui que nous sommes invités à aimer, à nous aimer à la manière de Dieu.

homelie

newsletter