Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-Presentation-de-Jesus
        Textes de la Présentation de Jésus au Temple

Textes de la Présentation de Jésus au Temple

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Livre de Malachie, Chapitre 3, versets 1 à 4

Le prophète Malachie s’adresse à des juifs revenus de la captivité à Babylone : C’est une époque de déception et de laisser aller. Il annonce la venue d’un messager envoyé de Dieu ; Sous les traits d « l’ange de l’alliance » il accomplira une double mission : celle de juger puis qu’il siégera et celle de purifier le culte ; pour Malachie cette œuvre est une œuvre divine.

Cette lecture prépare celle de l’évangile : Jésus fait son entrée au Temple qu’un jour il purifiera en accomplissant une œuvre de jugement : « il provoquera le relèvement et la chute d’un grand nombre. » nous sera-t-il dit dans l‘évangile.

Psaume 23

Ce psaume était chanté lors de déplacement de l’arche d’Alliance Il a bien sa place aujourd’hui où on fête l’entrée de Jésus dans le temple.

Seconde lecture : Lettre aux Hébreux Chapitre 2, versets 14 à 18

L’auteur souligne l’humanité de Jésus. Il ne pouvait être un « sauveur » que s’il était lui-même pleinement homme. Mais il fallait qu’il fut aussi pleinement « Dieu » Fils de Dieu C’est à cette double condition qu’il pouvait être « ce grand prêtre miséricordieux et fidèle capable d’enlever le péché du Peuple ». Le vieillard Siméon nous dira que ce petit enfant est le salut préparé pour tous les peuples ; seul le grand Prêtre pouvait entrer une fois par an dans le Saint des Saints pour offrir un sacrifice d’expiation. Nous saurons que Jésus est lui-même le temple de Dieu ; Relisez Jean chapitre 2, versets 13 0 22)

Lecture de l’Evangile selon saint Luc, Chapitre 2, versets 22, 40

Note : on peut se reporter aussi aux réflexions proposées pour le dimanche de la Sainte Famille.
C’est une fête très ancienne déjà célébrée à Jérusalem au 3ème siècle. Le geste liturgique procession avec des cierges, qui accompagne cette fête met l’accent sur le thème de la lumière. Selon la LOI (ce qui est redit trois fois) les parents d’un premier-né devait le racheter, puisque tous les premiers-nés des hommes ou des animaux appartenaient au Seigneur de qui vient toute vie. Relisez au livre de l’Exode chapitre 13 versets 2, et 12 à 15. Pour une famille pauvre deux colombes suffisaient. Mais la présence de l’enfant n’était pas requise. Marie et Joseph font plus que ce que la loi exigeait. Par là Luc nous donne un enseignement : Il nous laisse entendre ce que nous savons par st Jean : que Jésus est le vrai temple de Dieu. Plus tard Jésus s’offrira lui-même au Père pour le salut du monde. Marie comme toutes les femmes devait aller au Temple pour sa purification selon le livre du Lévitique (chapitre 12, verset 8.). Elle accomplit ainsi la loi et comme sa lointaine aïeul Anne la mère du petit Samuel pour le présenter au Seigneur. On peut relire dans le livre de Samuel (I Sam. 1, 22 à 24)

Survient le vieillard Siméon, un homme juste comme Abraham à qui dira – lisez Genèse chapitre 15, qu’il peut s’en aller en paix vers ses pères pour être enseveli. Abraham a reçu la promesse ; Siméon voit sa réalisation en Jésus, « Lumière pour toutes les nations. »
C’est déjà la joie de Pâques.

homelie

newsletter