Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-Fete-du-Christ-Roi-de
        Textes de la Fête du Christ, Roi de l’univers

Textes de la Fête du Christ, Roi de l’univers

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Première lecture : Livre du Prophète Ezéchiel, Chapitre 34, versets 11-12 & 15-17

Nous savons que le ministère du prophète Ezéchiel se situe au moment où le Peuple de Dieu se trouve confronté à une situation dramatique qui verra la prise de Jérusalem, la destruction du Temple et la déportation de l’élite du Peuple à Babylone par Nabuchodonosor.

Quand il parle de Dieu, l’homme de la Bible ne le fait pas à partir d’idées abstraites mais il part de la réalité de ce qu’il vit, de ce qu’il voit, à partir de la vie de tous les jours, de l’expérience du nomade, du berger, de l’artisan. Les Sémites sont des hommes du concret !

Ezéchiel oppose les mauvais bergers que sont les responsables politiques et religieux du Peuple d’Israël et qui vont le conduire à la catastrophe de 587 (prise de Jérusalem, etc …) au Bon Pasteur qui est Dieu Lui-même. Au verset 17, il est dit de Dieu : « Je vais juger… » Dieu n’est pas un juge qui condamne mais pour Lui, juger s’est mettre chacun en face de ses responsabilités pour l’inviter à se juger lui-même.

L’ancien testament reprend souvent cette image du berger et du troupeau pour évoquer les rapports entre Dieu et son Peuple. L’évangile reprendra à son compte ces mêmes images, en particulier dans l’évangile de st Jean ainsi que dans l’évangile de ce jour.

Cette image du Roi-Berger n’était pas le propre de la Bible. On la retrouve par exemple dans le code d’Hammourabi, roi de Babylone vers 1750 avant J.C. sur une stèle qu’on peut voir au musée du Louvre.

Psaume 22

Ce psaume est souvent utilisé par la liturgie. Il a bien sa place dans celle de ce jour : « Le Seigneur est mon berger… ». Pour nous qui faisons une lecture chrétienne de ce psaume nous pouvons y voir une annonce et du baptême et de l’eucharistie.. Le bon Berger nous conduit sur les chemins de la vie vers la Vie en plénitude, la Vie éternelle : « J’habiterai la maison du Seigneur tous les jours de ma vie. »

Seconde lecture : Première lettre aux Corinthiens Chapitre 15, les versets 20 à 26 & 28

Le passage de cette lettre a été choisi en fonction des thèmes développés dans les deux autres lectures. Paul connaît bien cette communauté de Corinthe où il a séjourné un an et demi. Dans cette lettre il répond à des questions qui se posaient à Corinthe.

Adam est la figure symbolique de chaque homme : nous sommes Adam et c’est par chacun de nous que le péché a mis dans le monde un germe de mort. Nous sommes donc tous appelés à mourir. Jésus est l’Homme en qui chaque homme peut se reconnaître : nous sommes le Corps du Christ. Jésus est le premier des tous les ressuscités que nous serons. En Lui nous avons la Vie et le dernier ennemi, la mort, sera détruite pour toujours. Au verset 24, il est écrit : « Alors tout sera achevé quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père… » C’est le rappel d’un autre psaume, le psaume 110 qui est une annonce du Messie : « Siège à ma droite et je ferai de tes ennemis le marche-pied de ton trône… », allusion au jugement dernier dont va nous parler l’évangile.

Lecture de l’Evangile selon saint Matthieu, Chapitre 25, les versets 31 à 46

Nous avons là un de ces textes de la bible à savoir par cœur mais surtout à méditer sans cesse.
La royauté de Jésus n’est pas celle d’un roi despote qui opprimerait son peuple, mais celle d’un Roi Berger qui prend soin de chacune de ses brebis.

Les destinataires de l’évangile de Matthieu sont des judéo-chrétiens. En bons juifs qu’ils étaient, ils connaissent la bible par cœur. Cette scène de jugement les renvoie au texte du prophète Ezéchiel (34, 17) : « Quant à vous, mes brebis, voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre béliers et boucs… » Voyez la 1ère lecture de ce jour.

Dans la mentalité de l’époque la droite est bénéfique, la gauche (sinistra en latin qui a donné « sinistre ») est maléfique.

Les œuvres de charité énumérées par Matthieu, nous les trouvons déjà dans le livre de Tobie (1, 16 à 20) et dans Isaïe (58,6&7)

Jésus est toujours du côté des petits, des persécutés, des pauvres :

  • « Celui qui donnera un verre d’eau fraîche à l’un de ces petits... » (Matth.10,42)
  • « Qui accueille un enfant, c’est moi qu’il accueille… » (Matth. 18, 5)

Les mentions du « Fils de l’Homme » et de « jugement » étaient familières aux auditeurs de Jésus et aux lecteurs de Matthieu. Elle nous renvoie au prophète Daniel dans sa fameuse vision du « Fils de l’Homme » (7, 13) et au chapitre 12,2 où il est question de jugement.

Ajoutons que ce jugement est pour nous aujourd’hui. C’est un constat par lequel Jésus renvoie chacun à sa conscience : nous serons invités à juger notre propre façon d’agir au cours de notre vie. Gravons en lettre d’or dans nos consciences cette parole : « Tout ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à MOI que vous l’aurez fait ».

homelie

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter