Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Textes-de-la-Fete-de-la-Sainte,261
        Textes de la Fête de la Sainte Trinité

Textes de la Fête de la Sainte Trinité

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Devant une lumière trop puissante on est aveuglé. Si on regarde le soleil en face, on devient aveugle. Ainsi notre esprit devant ce mystère d’amour infini qu’est le mystère de la Sainte Trinité, cette extraordinaire communion de vie et d’amour entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint. C’est par le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu du Verbe de Dieu, par la puissance de l’Esprit (Luc, 1, 35) que nous est fait la révélation de ce mystère d’amour que nous sommes invités aujourd’hui à contempler pour en vivre à notre tour.

(Un « mystère » n’est pas une réalité ésotérique ou incompréhensible mais une vérité tellement forte qu’elle dépasse les capacités de notre intelligence laissée à elle-même. Pour en entrevoir toute la richesse de vie elle a besoin de l’aide de l’Esprit Saint. Cet aide s’appelle la vertu de « foi ».)

Première lecture : Livre des Proverbes. Chapitre 8, versets 22 à 31.

Le Livre des Proverbes a été écrit au retour de l’exile à Babylone (L’Edit de Cyrus marquant la fin de la captivité est daté de 538 avant J.C.) probablement pour dire la foi d’Israël dans un langage compréhensible par le monde perse. Bien qu’il fut impossible à Israël de parler directement du mystère de la sainte Trinité, il avait peu à peu pressenti que si Dieu est à l’origine de tout ce qui existe, il n’est pas solitude lointaine. Dans le livre de la Genèse l’auteur fait parler Dieu au pluriel et les façons de se représenter le monde dans le livre des Proverbes et celui de la Genèse sont les mêmes. Nous trouvons dans ce même livre de la Genèse, dans le cycle d’Abraham un récit étonnant où Abraham reçoit la visite d’un mystérieux voyageur, tantôt un, tantôt trois. (Genèse, 18.)
Pensons à cette très belle icône de Roublève qui représente le mystère de la Trinité. Le passage du livre des Proverbes lu ce dimanche nous montre que d’une façon encore très vaque et confuse Israël avait comme le pressentiment du mystère de la Trinité. La Sagesse dont il est question ne peut pas ne pas nous faire penser au prologue de l’évangile de Saint Jean : « Au commencement était le Verbe…la Sagesse… » Cette dernière est comme le Maître d’œuvre de la création.

Psaume 8.

« Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? » Etonnante question ! L’homme, c’est à dire chacun de nous, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ce psaume illustre le moment où dans le récit de la création (livre de la Genèse, 1, 28) Dieu remet à l’homme la gérance de ce monde qu’Il crée pour lui afin qu’il en prenne possession et en acquiert la maîtrise.

Seconde lecture : Lettre de Saint Paul aux Romains, chapitre 5, versets 1 à 5.

Les trois « personnes » du mystère trinitaire sont présentes : Le Père (Dieu) qui agit par le Fils et par son Esprit Saint. Comment comprendre ce mot de « personne » ? Non pas comme un individu qui par nature est clos sur lui-même mais comme un être personnel qui n’existe que dans une relation d’amour aux autres. La personne, c’est la relation !

Notre lecture commence par une affirmation capitale : Dieu fait de nous des « justes. Il supprime la rupture d’amour provoquée par notre péché. Il nous donne sa paix, Il nous partage sa gloire ! Oui, malgré les tribulations de toutes sortes nous pouvons être heureux puisque l’Esprit Saint nous est donné et avec Lui l’amour même qui est Dieu. Le signe indubitable de ce don est notre baptême.

Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean, chapitre 16, versets 12 à 15.

Sans se poser des questions d’ordre philosophique ou métaphysique, l’évangéliste affirme tranquillement que le Père, le Fils et l’Esprit Saint sont le Dieu Unique, chacun jouant en quelque sorte son rôle au cœur de ce torrent de vie et d’amour qui soude dans une totale communion unificatrice le Père, le Fils et l’Esprit.
- l’Esprit nous guide vers la Vérité. Il vous fait comprendre et vous souvenir de tout ce que Jésus nous a dit.
- Cette vérité n’est pas une abstraction, elle est quelqu’un : le Verbe de Dieu révélé dans l’humanité de Jésus.
- Et le Verbe quant à lui reçoit tout du Père.
Un des fruits de cette mission de l’Esprit Saint sont les évangiles eux-mêmes et c’est donc à la lumière de ce même Esprit que nous devons les lire, les méditer et en vivre.

homelie

newsletter