Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Reflexion-sur-l-Ascension

Réflexion sur l’Ascension

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Que répondre à cet enfant qui vous demande : "Jésus, où est-il ? ". Il pose cette question avec confiance. Et la question est importante. Je ne vais pas lui répondre sans réfléchir. Alors, j’ouvre la Bible ; l’évangile selon saint Luc me dit : " Tandis qu’il bénissait les disciples, Jésus se sépara d’eux et fut emporté au ciel".

Je le sais bien : si je réponds : " Jésus est au ciel", l’enfant continuera et me dira : " Mais alors les cosmonautes, et les astronautes, ils ont rencontré Jésus ?". " Mais non ! ".

J’explique alors que le ciel, c’est l’immensité, c’est ce qui nous dépasse, c’est cette voûte étoilée que l’on contemple du sol un soir d’été. Et du coup, le ciel est devenu le lieu d’habitation de celui qui nous dépasse, qui est infiniment plus grand que nous, Dieu. D’ailleurs, Jésus dans l’évangile emploie aussi bien l’expression " le royaume des cieux" que le " Royaume de Dieu". Jésus monte au ciel : il va auprès de Dieu, auprès de son Père, comme il aime dire.

En plus les Actes des Apôtres affirment : " Jésus qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel". Et dans l’évangile de saint Matthieu, Jésus nous précise : " Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ".

Ma réponse à la question posée est donc :

Jésus est auprès de son Père et avec nous.

Il est au ciel et au coeur de notre vie

Il est venu, Il vient, Il reviendra.

Et nous, où sommes nous ? Si nous sommes avec Jésus, nous sommes déjà au ciel, auprès du Père, grâce à l’Esprit Saint qui nous est donné.

Mais alors, dit l’enfant qui avait posé une si bonne question tout à l’heure, " pourquoi les gens disent-ils "ici-bas" en parlant de la terre ? Nous les chrétiens, on devrait dire : "ici-haut" !

homelie

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter