Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Messe-de-la-nuit-de-Noel,239

Messe de la nuit de Noël

Année C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2000

Brève remarque au sujet des Evangiles de l’Enfance de Jésus.

Cette remarque concerne en particulier dans les Evangiles de St Matthieu et de saint Luc, les chapitres 1 & 2.

Ce que peut nous dire l’historien : Il peut nous affirmer l’existence historique de l’homme Jésus (l’affirmation qu’il est « Fils de Dieu » est de l’ordre de la foi). Jésus est né probablement à Bethléem aux environs de l’an –6 ou –7 de notre ère. Après sa naissance, il passe son enfance et sa jeunesse à Nazareth.

Ce que nous dit le théologien : Les récits concernant la naissance et l’enfance de Jésus sont des récits « théologiques. Exprimer des vérités de l’ordre de la foi à l’aide de récits était un genre littéraire couramment utilisé par les rabbins de l’époque qui, à travers des récits ayant parfois un arrière-plan historique veulent donner un enseignement sur Dieu. Ils utilisaient pour cela tout un arsenal de clichés conventionnels et codés que les destinataires – auditeurs et lecteurs – comprenaient très bien : les anges envoyés comme messagers, les nuées dans le ciel, la voix de Dieu qui se fait entendre… C’était une sorte de catéchisme en images. En lisant ces récits la question que nous avons à nous poser est celle-ci : qu’est ce que ces récits nous apprennent dans la foi au sujet de Jésus ? La question : « est-ce que cela s’est passé comme on le raconte ? » n’a pas de sens car la question de l’historicité de ces récits était totalement étrangère à l’esprit des rédacteurs. Ce sont des théologiens mais pas des journalistes.

La Messe de la Nuit de Noël

Nous ne pouvons pas commenter toutes les lectures de la fête de Noël. Nous avons choisi de commenter les textes de la messe de la nuit de Noël. A la suite de cette messe l’église célèbre la messe de l’Aurore et la messe du Jour.

Première lecture : Livre du Prophète Isaïe, chapitre 9, versets 1 à 6.

Isaïe a exercé son ministère au cours d’une période particulièrement troublée de la vie d’Israël Jérusalem est menacée. Les pas des guerriers martèlent les routes qui y conduisent. Mais, contre toute attente, les armées assyriennes qui menaçaient la ville, rebroussent chemin. Texte étonnant car dans ces moments les plus sombres de son histoire, le prophète annonce un monde nouveau et la venue d’un enfant aux titres merveilleux. Il s’agit probablement du jeune roi Josias, « cet enfant promis, ce fils donné » qui sera l’artisan d’un important renouveau religieux. Il trouvera malheureusement la mort à la bataille de Megiddo en 609. Ce texte soutiendra l’espérance du Peuple de Dieu au temps de la prise de Jérusalem, de la destruction du Temple et de la déportation à Babylone. Les chrétiens, bien sûr, ont vu dans cet enfant, Jésus qui inaugure les temps nouveaux dans les quels nous sommes aujourd’hui. Jésus est la Lumière du monde. « En lui se manifeste l’amour invincible de Dieu. »

Psaume 95.

Les versets de ce psaume choisis pour la liturgie de Noël nous invitent à la joie : « Oui, un Sauveur nous est né, Il vient pour toute l’humanité, pour gouverner le monde avec justice. »

Seconde lecture : Lettre de St Paul à Tite, chapitre 2, versets 11 à 14.

Dans cette lettre, l’auteur s’adresse à un de ses collaborateurs. A l’occasion de remarques d’ordre pastoral, il nous donne une leçon de théologie sur le mystère de l’incarnation. En se faisant homme en Jésus - c’est l’événement que nous fêtons à Noël- Dieu vient faire toutes choses nouvelles. Il nous libère de notre péché Dans l’attente de son retour dans la Gloire, vivons aujourd’hui « comme un Peuple ardent à faire le bien. »

Evangile selon saint Luc. Chapitre 2, versets 1 à 14.

Luc a le souci de situer l’événement de la naissance de Jésus dans un contexte historique, même si toutes les données indiquées n’ont pas pu être vérifiées. Souvent des décisions d’ordre politique peuvent être vues comme un instrument providentiel en vue de la réalisation du projet divin. C’est ici le cas. Ce passage lu en cette nuit de Noël se divise en deux parties :

Versets 1 à 7.

Le récit de la venue à Bethléem et la naissance de Jésus sont très sobrement évoqués. Remarquez ceci : Saint Luc et saint Jean nous disent la même chose : dans leur ensemble les hommes ont refusé de reconnaître Jésus pour ce qu’il était. Saint Luc le fait sous la forme d’un récit, Jean, dans le prologue de son évangile lu à la messe du jour de Noël, (chap. 1, versets 10 & 11) le fait d’une façon abstraite : « Le Verbe était la Lumière du monde… Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu , il était venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu .

Luc nous dit qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune…

Versets 8 à 14.

C’est l’annonce aux bergers. A cette époque les bergers étaient des « parias ». L’accès au Temple leur était interdit. Le signe qui leur est donné peut surprendre. Mais c’est à la lumière de la fête de Pâques que nous sommes invités à vivre le mystère de Noël : le petit enfant emmailloté dans une mangeoire est celui qui sera entouré de bandelettes et mis au tombeau au soir du Vendredi Saint. Les peintres des icônes l’ont parfaitement compris qui mettent l’enfant Jésus dans une crèche en forme de tombeau, entouré de bandelettes. La grandeur de Dieu se révèle dans la petitesse d’un nouveau né, sa fragilité et sa dépendance, dans un supplicié agonisant sur une croix. Mais en Jésus, c’est le salut de l’humanité qui se réalise, la paix de Dieu est donnée à tous les hommes : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur terre aux hommes qu’Il aime. »

homelie

newsletter