Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Messe-de-la-nuit-de-Noel,184

Messe de la nuit de Noël

Année B

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2002

Première lecture : Livre d’Isaïe, Chapitre 9, versets 1 à 6

Ce passage appartient au premier livre d’Isaïe. Nous sommes à l’époque la plus troublée du Royaume de Juda. Celui-ci est directement menacé par les armées de Nabuchodonosor.

Pour obtenir la faveur des dieux, le roi Achab avait sacrifié son fils aux divinités. Les sacrifices d’enfants étaient encore courants à cette époque. Il est donc sans descendance.

Le prophète voit dans la naissance d’un nouvel héritier un signe de la bienveillance divine. On ne peut pas ne pas repenser à la prophétie de Nathan au roi David. Cet enfant annonce Celui qui viendra un jour détruire définitivement les forces du mal et de la mort. Il sera un libérateur : Jésus dont nous fêtons cette nuit la naissance.

Seconde lecture : Lettre de Saint Paul à Tite Chapitre 2, versets 11 à 14

Le passage lu dans cette seconde lecture est tiré d’un ensemble de conseils que Paul donne à son disciple : que dire aux personnes âgées, aux jeunes, aux esclaves, à la communauté ? C’est une de ces perles rares que l’on trouve dans les lettres de Paul. En quelques mots, il nous dit l’essentiel : la naissance de Jésus dans le temps et son retour dans la gloire sont les deux temps d’un même événement. En Jésus Dieu se manifeste à toute l’humanité pour en assurer le salut. Il est un Dieu qui aime l’homme et qui en Jésus partage sa vie pour lui partager Sa Vie.

Lecture de l’Evangile selon saint Luc, Chapitre 1, versets 1 à 14

Les données "historiques" indiquées par Luc posent de sérieux problèmes aux historiens. Ce soir, nous lisons ce texte en croyants.

Regardons quels enseignements nous sont donnés :

  • Cet enfant est l’héritier des promesses faites à David puisqu’il naît à Bethléem.
  • Il ne sera pas reçu par ceux à qui il a été envoyé car il n’y a pas de place pour lui même dans la salle commune. Jean, dans son évangile (chapitre 1) nous dit la même chose : "Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu..."
  • Jésus vient pour les plus pauvres, les marginalisés, les parias. Les bergers à l’époque, étaient des exclus, des parias. C’est à eux qu’est faite l’annonce de la naissance du Sauveur.
  • Les Anges reprennent l’annonce faite par Isaïe dans la première lecture. "Cet enfant sera le signe de la fidélité de Dieu".
  • Il y a une similitude entre l’annonce des anges aux bergers de la naissance de Jésus et l’annonce des anges aux femmes au matin de Pâques. Nos frères orientaux représentent Jésus dans une crèche en forme de tombeau et l’enfant nouveau-né est enveloppé de bandelettes comme le sera Jésus au tombeau. Ils ont bien vu le lien entre Noël et Pâques.
  • Le signe de Noël, la naissance de Jésus dans l’Éternité, sont un signe unique, celui de la fidélité de Dieu à son amour pour tous les hommes.
homelie

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

newsletter