Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux
http://paroisse-sceaux.fr/Dire-la-resurrection

Dire la résurrection ?

Année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2001

Les témoins de la résurrection se sont trouvés devant un problème difficile à résoudre. Comment dire une expérience qui était réelle mais qui en même temps se situait au niveau de la foi ? Ils avaient :

  1. à dire que Celui qui se manifestait à eux par delà la mort était bien celui avec lequel ils avaient cheminé sur les routes de Galilée et de Judée, que le Ressuscité du matin de Pâques était bien le Crucifié du Vendredi Saint.
  2. à montrer que les conditions de vie du Ressuscité étaient totalement autres, qu’il était divinisé car entré dans le monde du divin.
  3. à tirer les conséquences de la résurrection du Seigneur Jésus. Au matin de Pâques et pendant un certain temps qui se termine avec ce qu’on appelle habituellement l’Ascension, le crucifié du Vendredi Saint s’est donné à voir à ceux et celles à qui il a voulu se manifester. Le Seigneur Jésus est vivant mais d’une vie qui dépasse toutes nos limites spatio-temporelles. La résurrection de Jésus est son entrée dans la sphère du divin qui ne nous est accessible que par la foi. Il n’y a eu aucun témoin de la résurrection de Jésus proprement dite.
    Ayant dépassé toutes les limites de notre monde Jésus ressuscité transcende le champ d’investigation de l’histoire. De ce fait elle ne peut pas rendre compte de cet événement. La seule chose que peut faire l’historien est de constater que depuis le matin de Pâques la vie des apôtres et à leur suite la vie de milliers et de milliers d’hommes et de femmes a été bouleversée, que des milliers de groupe de chrétiens se sont rassemblés et continuent de se rassembler autour de Celui qui est vivant par delà la mort et qui forment nos églises.

Les documents rendant compte de cet événements sont d’une part les textes du nouveau testament et d’autre par quelques rares textes profanes.

La formulation du message pascal s’est faite d’une façon progressive. Ce message peut se résumer ainsi : « Ce Jésus que vous avez crucifié, il est ressuscité ; Dieu l’a fait « Christ » et « Seigneur ». Par lui nous avons la rémission des péchés et le don de l’Esprit Saint  » Relisez la fin du discours de Pierre au soir de la Pentecôte dans les Actes des Apôtres (2, 36 à 41)

Quand on regarde de près les documents du nouveau testament, tous écrits en grec entre les années 50 et 110 on constate que les auteurs ont utilisé deux types de langage :

  • un langage de type « résurrection » avec des verbes grecs signifiant « se relever », « se redresser » et aussi « se réveiller », « faire se lever » en se préoccupant surtout de souligner l’identité du ressuscité avec le crucifié.
  • un langage de type « être glorifié », « être exalté » « être transfiguré », « être promu à la droite de Dieu », utilisé pour dire ne nouveau statu d’existence du ressuscité de Pâques.

Les récits de résurrection se présentent sous forme de « visions » : les apôtres témoignant qu’ils ont « vu » le Seigneur Jésus vivant après sa mort. Il faut noter que le verbe grec employé pour évoquer ces visions n’est jamais le verbe grec qui correspond à une vision sensorielle, avec les yeux du corps mais un verbe employé à la forme passive marquant que Jésus s’est donné à voir, qu’il fut « vu »…Dans les versions grecques de l’ancien testament c’est le verbe employé pour évoquer les manifestations divines, les théophanies…Ne prenons jamais ces récits de résurrection comme des compte-rendus journalistiques qu’ils ne sont pas, au pied de la lettre !

En Jésus ressuscité les Ecritures trouvent leur accomplissement : Jésus est bien le Messie qui inaugure le monde nouveau, le monde à venir. Il est bien le Seigneur Dieu, le Fils de Dieu, maître de la Vie : « Moi, JE SUIS la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt vivra. Tout homme qui croit en moi ne mourra jamais. » A travers son humanité Jésus nous révèle un nouveau visage de Dieu : Dieu est un Père qui aime ses enfants, qui nous pardonne nos péché et nous envoie son Esprit Saint.

homelie

newsletter